[Masse Critique Babelio] « La femme d’un homme » d’A.S.A Harrison


Editeur : Le Livre de Poche (15 janvier 2014)

Collection :Policier / Thriller

ISBN : 225317890X 336 pages

Langue : Français

Temps de lecture : 2 jours

Note livredeuxétoilessansplus

Synopsis

JUSQU’OÙ IRA-T-ELLE POUR ÊTRE LA SEULE FEMME DE SON HOMME ?Elle c’est Jodi. Lui c’est Todd. Elle est une femme d’intérieur idéale et une psy de renom. Il a le charisme et la gloire de ceux qui réussissent. Elle l’aime aveuglément. Il la trompe allégrement. Elle et lui forment le couple parfait, en surface. Mais les apparences peuvent-elles longtemps rester trompeuses ?Thriller psychologique à la Gillian Flynn (Les Apparences), La Femme d’un homme a connu un succès phénoménal aux États-Unis. D’origine canadienne, A.S.A. Harrison n’aura malheureusement pas savouré son succès, décédée quelques semaines avant la parution de son premier roman. La Femme d’un homme est en passe d’être publié dans le monde entier.Ce livre m’a laissé presque sans souffle alors que je me précipitais vers la fin dévastatrice. S. J. Watson.
L’actrice Nicole Kidman produira l’adaptation sur nos écrans de La Femme d’un homme dans lequel elle jouera le rôle de Jodi.Le bestseller de l’été 2013 aux États-Unis.

séparateur

Merci à Babelio et au Livre de Poche pour m’avoir donné l’occasion de découvrir ce roman en exclusivité et m’avoir offert l’opportunité de découvrir une nouvelle auteure.

La parenté avec Les Apparences de G. Flynn semble indiscutable… sur le papier, du moins. Car à la lecture, cela parait beaucoup moins évident. En réalité, cette comparaison est surtout un handicap, et un de taille car elle porte un préjudice indéniable au roman de ASA Harrison.
 Car si comme le proclame la quatrième de couverture, ceux qui ont aimé Les Apparences aimeront La Femme d’un homme, c’est plutôt l’inverse qui se produit : par comparaison La femme d’un homme est rabaissé au rang de parent pauvre, de pâle copie voire d’œuvre anecdotique.

Je prendrais le contre-pied de l’accroche en disant donc que si vous avait aimé comme moi Les Apparences, vous ne prendrez que peu de plaisir à la lecture de La Femme d’un homme, un roman bien fade.

L’histoire, mille fois vue et revue, n’a aucune once d’originalité. Verbeuse, elle ennuie. Il faut attendre la page 100 pour qu’il se passe enfin quelque chose.

Les personnages sont repoussants. Aucune empathie n’est possible ni pour l’un ni l’autre. Todd est certes pire que Jodi mais les deux sont des personnages antipathiques qui se complaisent dans leurs problèmes, que bien souvent, ils créent par leurs seules fautes.

Todd est un imbécile misogyne, veule, menteur, lâche et geignard qui se cherche des excuses, sans jamais chercher à se remettre en question ou questionner son attitude ou ses erreurs. Infidèle et dissimulateur (pensez donc, il ne veut pas perdre bobonne alias Jodi. Jodi), il est l’époux de Jodi, une femme faible, froide et méprisante, qui prend les gens avec hauteur et qui manque de caractère. Jodi est l’archétype de la femme au foyer parfaite, la petite bourgeoise aux petits soins pour son macho de mari, (salaud de mari ?), la desesperate housewife dans tous ses poncifs, la femme trompée depuis des années qui sait, et ferme les yeux, pour ne pas perdre sa situation, son confort matériel et son rassurant train-train quotidien.

Les clichés sociétaux et comportementaux affluent dans cette chronique pseudo-inspirée de la middle-class americaine et des problèmes conjugaux que rencontrent les couples qui dépassent les quinze voir vingt ans de mariage.

C’est long, c’est lent, c’est plat et au final, très ennuyeux. Il n’y a guère de suspense. ASA Harrison n’a pas la plume acérée et insolente de G. Flynn, son écriture au cordeau, ses trouvailles visuelles, sa poésie vitriolée pas plus que son ironie, ou son sens du sarcasme. Ce roman est trop propre sur lui. Immaculé et amidonné comme un tablier autour des hanches parfaites de Jodi.

C’est un roman qui voudrait se bâtir une réputation sur le dos d’un roman vivement remarqué, mais qui échoue, à exister par lui-même.
Je me suis fait violence pour le terminer tant je trouvais le récit poussif et laborieux et tant les personnages me sortaient par les yeux.

Seule la fin apporte un peu de noirceur et d’enjeu à l’ensemble, mais j’envie de dire « trop tard, bien trop tard »…

G. Flynn peut dormir sur ses deux oreilles, ses Apparences sont loin d’être détrônées, encore moins concurrencées.

 

Publicités

5 Commentaires

  1. Ingrid Fasquelle

    Je me désolais de ne pas avoir pu postuler lors de l’opération spéciale Masse Critique mais après la lecture de ta chronique, je me dis que j’ai peut-être finalement bien fait de postuler pour le nouveau roman de Maggie O’Farrell, En cas de forte chaleur !

  2. Pingback: La Gazette Elfique n°20 | Reveline

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s