« Séquestrée/La cabane de l’enfer » de Chevy Stevens

Editions L’Archipel (Suspense)

335 pages | Traduit par Sébastian Danchin

Temps de lecture 2 jours

Note livredeuxétoilessansplus

Synopsis

Ce dimanche-là, Annie, agent immobilier de 32 ans, avait prévu de vendre une maison grâce à une journée portes ouvertes. Mais son dernier client, un homme qui prétend s’appeler David, la fait monter de force dans sa camionnette. Annie vient d’être enlevée. Son ravisseur l’emmène au cœur de la forêt et l’emprisonne dans une cabane. Son calvaire va commencer…

séparateur

Au vu des notes sur Livraddict ou ailleurs, je m’attendais à un très bon thriller. Au final, je me sens flouée.

La seule originalité du roman est son mode de narration (l’héroïne nous raconte son histoire au fil de ses séances chez sa psychanalyste, un personnage qu’on ne « voit », ni « n’entendons » pas tout le long du roman. L’autre point positif à mes yeux est la place accordée par l’auteur à « l’après-kidnapping », à la reconstruction psychique de l’héroïne, traumatisée (on le serait à même) par le cauchemar qu’elle vient de vivre et démolie de l’intérieur. Même si j’aurai préféré une approche plus « subtile » de cet aspect de l’histoire, j’ai apprécié l’effort consenti par Chevy Stevens de créer une dimension psychologique à un thriller qui en est cruellement dépourvu parfois.

Si ce livre se laisse lire, il n’en est pas moins très moyen. Aucun style ni aucune recherche dans l’écriture, héroïne antipathique à laquelle on peine à s’identifier (notamment à cause de son manque de combativité face à l’ascendant qu’entend prendre son agresseur sur elle, (elle baisse bien vite les bras à mon sens), et de son syndrome de Stockholm poussé à l’extrême (généralement, sauf en de rares exceptions, ce phénomène s’installe au bout de plusieurs années de captivité, rarement en deux jours), le « méchant » est non seulement caricatural mais ses névroses apparaissent artificielles,« fabriquées » pour faire vilain serial-killer , situations stéréotypées et attendues, manque de profondeur et une fin invraisemblable (qu’on devine plusieurs chapitres en amont)…

Bref, un thriller brouillon et bancal qu’il n’est pas indispensable d’avoir lu. Il y a tellement mieux en ce registre littéraire.

Publicités

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s