« Kinderzimmer » de Valentine Goby

Editions Actes Sud (2013)

224 pages

Temps de lecture : 2 jours

Note livredeuxétoilessansplus

Synopsis

“Je vais te faire embaucher au Betrieb. La couture, c’est mieux pour toi. Le rythme est soutenu mais tu es assise. D’accord ?
– Je ne sais pas.
– Si tu dis oui c’est notre enfant. Le tien et le mien. Et je te laisserai pas.
Mila se retourne :
– Pourquoi tu fais ça ? Qu’est-ce que tu veux ?
– La même chose que toi. Une raison de vivre.”

En 1944, le camp de concentration de Ravensbrück compte plus de quarante mille femmes. Sur ce lieu de destruction se trouve comme une anomalie, une impossibilité : la Kinderzimmer, une pièce dévolue aux nourrissons, un point de lumière dans les ténèbres. Dans cet effroyable présent une jeune femme survit, elle donne la vie, la perpétue malgré tout.
Un roman virtuose écrit dans un présent permanent, quand l’Histoire n’a pas encore eu lieu, et qui rend compte du poids de l’ignorance dans nos trajectoires individuelles.

séparateur

Un roman assez tire-larmes dans son genre, l’émotion m’a semblé trop « fabriquée », artificielle.

Et si l’intrigue séduit de façon elliptique (notamment dans les passages où intervient Teresa), le pire reste pour moi le style de Valentine Goby que je n’ai pas mais vraiment pas aimé : brouillon, haché, répètitif (et les synonymes? c’est bien des fois, les synonymes!), décousu par un amas de virgules, recousu par des points. Bref, une utilisation excédentaire et erronée de la ponctuation pour moi. Certaines phrases doivent même être relues pour être comprises. Autant dire que je n’ai pris aucun « plaisir » à lire ce roman au style désagréable.

Par-dessus tout, ce qui m’a agacé dans ce roman est cette complaisante gênante dans l’horreur, une crudité appuyée, un recours au réalisme qui vire trop au pathos, (vomi, diahrrée, plaies purulentes…) sur des pages et des pages. Ce roman manque de subtilité, de recul  et m’apparait comme un parent pauvre de Primo Levi, un sous-sous Si c’est un homme .

Publicités

5 Commentaires

  1. Livresse des Mots

    Ah ! Je suis contente de voir ENFIN quelqu’un qui a ressenti ce livre de la même manière que moi… Ta chronique exprime parfaitement mes impressions de lecture. J’ai trouvé que ce roman manquait cruellement de subtilité et de sensibilité… Je n’ai pas été touchée, car on est trop dans le gore et pas assez dans les sentiments… Bref, ce fût un plaisir de découvrir ton avis, je croyais être, je sais pas, une sorte de fille insensible, mais en fait non, ou alors on est deux :p
    A bientôt =)

  2. Pingback: [Bilan Lecture et Stats du blog 2013] | Reveline

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s