[Challenge de Calypso, session « Sœur »] « Sœurs sorcières, 1 » de Jessica Spotswood

Editions Nathan (2013)

392 pages | Traduit par Rose-Marie Vassallo et Papillon

Temps de lecture : 2 jours

Note 4étoiles-trèsbonmais

Synopsis

Cate, Maura et Tess vivent dans une Angleterre imaginaire de début du XXè siècle. À 17 ans, les femmes doivent normalement choisir entre se marier et rejoindre les ordres. Mais en plus d’être femmes, elles sont sorcières. Si quelqu’un le découvre, les Frères les enverront à l’asile ou les feront disparaître, comme toutes les autres.
Depuis la mort de leur mère, Cate vit dans la peur, avec la mission de protéger ses sœurs. Mais ses 17 ans approchent et tout s’accélère : son ami d’enfance la demande en mariage, alors qu’un autre jeune homme fait chavirer son cœur. Et bientôt, Cate doit se rendre à l’évidence : malgré tout ses efforts, le danger se referme sur elle et ses sœurs comme un étau…

séparateur

Un sentiment mitigé au début, je m’ennuyais, trouvais l’histoire plate et laborieuse, et ce, malgré un univers trés solide et intéressant qui rappelle Les sorciéres de Salem, La lettre écarlate ou plus proche de nous les communautés religieuses trés repliées sur elles-mêmes et qui vivent selon des régles trés strictes, s’est vite transformé en un grand plaisir de lecture.

L’intrigue, dense en enjeux, est maîtrisée de part en part (quelques raccourcis maladroits peut-être deux ou trois fois) et à partir de la moitié du roman, se complexifie et devient haletante.

J’ai aimé suivre Cate dans sa quête de réponses, ses avenirs rêvés, ses doutes, ses peurs, ses révoltes. Elle m’a parfois fait songer à Liz Bennett. Tess, la plus jeune des soeurs, la plus sage et sérieuse, m’a beaucoup plu. En revanche,Maura m’a exaspérée. J’ai eu envie de la gifler tout du long, surtout à la fin.

Une conclusion qui reste d’ailleurs trés ouverte. Jusqu’à la derniére page, on ne sait pas quelle décision prendra Cate, si dévouée à ses soeurs, qu’elle s’en oublie elle-même. Qu’elle est prête à tout pour les protéger des chasseurs de sorciéres, les insupportables Fréres de l’ordre, une flopée de misogynes hypocrites qui m’ont donnés des envies de meurtre.

Ce premier tome est réussi en ce sens, qu’outre d’être joliment écrit, la plume est trés fluide et agréable, il propose des descriptions bucoliques, le roman m’a procuré un faisceau trés étendu d’émotions diverses, peur, colére, espoir, haine…et m’a vraiment fait vibrer dans sa derniére partie. Et que dire de l’adorable Finn qui m’a fait craquer avec sa gentillesse et son humour ? Paul, bien qu’un peu trop rouleur de mécaniques est un personnage plûtot sympathique lui aussi. Les personnages sont bien campés dans leur ensemble. Des premiers rôles aux plus confidentiels, ils nous aident à pénètrer dans l’histoire, qu’on s’y attache ou qu’on les déteste.

Un trés bon livre jeunesse, loin des clichés et de la guimauve auxquels je m’attendais.

Publicités

3 Commentaires

  1. Mypianocanta

    AH voilà sans doute le billet le plus convaincant que j’ai lu sur ce livre ; sans doute parce qu’il ne déborde pas d’enthousiasme comme d’autres. et du coup, tu me donnes vraiment envie d’y jeter un œil 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s