« Côté Face, 1 » d’Anne Denier

 

Editions Anne Denier (2012)

446 pages

Temps de lecture : 3 jours

Note 3étoilesbon

Synopsis

J’étais en retard et si ce n’avait pas été le cas jamais je n’aurais pris ce tram et jamais je ne l’aurais rencontré. Lui. Celui qui allait détruire ma vie en réveillant une mémoire qui sommeillait en moi et dont j’ignorais l’existence. Un autre côté de moi-même. « Te séduire, t’emmener, te torturer, te violer et t’assassiner. » J’avais une vie…

séparateur

Une belle couverture, un résumé accrocheur et une brassée de louanges virtuelles, il ne m’en faut pas plus parfois pour attiser ma curiosité.

Un mot traduit mon ressenti. Mitigée.

Autant la première moitié m’a profondément ennuyée (longueurs, redites et style trop descriptif) au point presque d’abandonner ma lecture, autant les 200 dernières pages m’ont beaucoup plu. D’ailleurs, dès l’entrée en scène de Hyla, je n’ai plus réussi à fermer le livre. Au vu de la fin, je me félicite d’avoir persévéré. Car elle est bien plus prenante et réussie, selon moi, que le reste.

Cependant, je n’ai pas ressenti l’angoisse, le trouble et la peur vantées par la plupart des critiques positives sur ce roman. Ou alors très fugacement vers la fin. Mais jamais, je n’ai ni eu le ventre noué ni n’ait tremblé pour l’héroïne.

A l’inverse, la nette tendance à la dramatisation chez les personnages, notamment chez l’héroïne (exaspérante), (cf. l’épisode du portable sur la plage) m’a vite agaçée.

Et que dire de ses insupportables amis (ses parents ne sont guère mieux).

J’aurai aimé rencontrer des héros plus mâture car l’aspect adolescent et le côté superficiel qu’il entraine dans son sillage, devient rapidement pesant. Ceci fait qu’aucun protagoniste m’a paru attachant. 

Pourtant, l’atmosphère « Faustienne » est réusse. L’univers fantastique induit par la relation trouble entre Hyla et Côme efficace.  A ce propos, le triangle Hyla-Côme-Nebel est intéressant et fonctionne bien.

Le coq à l’âne temporel permanent a parfois rendu ma lecture confuse. 

En revanche, je fus agréablement surprise par le style plaisant et plein de vivacité d’Anne Denier. Même si de petites choses m’ont déplu. Je chipote un peu mais j’avoue que les passages descriptifs sont un peu trop longs et répétitifs (plusieurs pages sur le fait qu’il pleuve par exemple). Il y a aussi des répétions d’un même mot sur plusieurs pages (le mot parcelle revient souvent en l’espace de quelques pages). Le manque de prénoms des personnages est déstabilisant, de même que l’escamotage récurrent de virgules dans certaines phrases.

En définitive, les passages qui m’ont le plus séduites sont les fragments des vies « antérieures’ de l’héroïne que j’ai trouvé très soignés et évocateurs grâce à d’infinis petits détails bien trouvés. Le passé de Hyla se dévoile peu à peu et parvient à maintenir le suspense jusqu’aux dernières lignes. 

Quel dommage donc que l’histoire mette si longtemps à démarrer car le reste est agréable à lire et accroche le lecteur. 

Je songe sérieusement à me procurer la suite, d’ailleurs : Noces de lune.

Pour conclure : ni un coup de coeur ni un mauvais livre mais un premier roman en demi-teinte qui me parait prometteur pour la suite.  Je lui attribue trois étoiles pour récompenser l’écriture et la deuxième partie de l’histoire qui s’avère très prenante (et tous mes encouragements à Anne Denier qui à une bonne plume).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s