« Les Lumineuses » de Lauren Beukes

Editions Presses de la Cité (Sang d’encre) (2013)

360 pages | Traduit par Nathalie Serval

Temps de lecture : 2 jours

Note4étoiles-trèsbonmais

Synopsis 

1931, Chicago.
Traqué par la police, Harper Curtis, un marginal violent, se réfugie dans une maison abandonnée. A l’intérieur, il a une vision. Des visages de femmes, auréolés de lumière, lui apparaissent. Il comprend qu’il doit les trouver… et les tuer. Dans sa transe, Harper découvre que grâce à cette demeure, il peut voyager dans le temps. Débute alors sa croisade meurtrière à travers le XXe siècle : années 1950, 1970, 1990… D’une décennie à l’autre, il sème la mort sur son passage, laissant en guise de signature des indices anachroniques sur le corps de ses victimes.
Mais l’une d’elles survit aux terribles blessures qu’il lui a infligées. Et va tout faire pour le retrouver. 

séparateur

Je confesse que c’était plutôt mal engagé au départ, entre ce thriller fantastique pas comme les autres – c’est très zarbi en fait – et la pauvre lectrice que je suis. Les premières pages me rebutaient et ne m’encourageaient nullement à poursuivre ma lecture.

L’histoire (sans réelle logique) sautait d’une époque à l’autre, et l’auteure m’abandonnait toute entière entre les mains d’un sadique répugnant envers lequel, on s’en doute, je n’éprouvais aucune espèce d’affinité particulière. Ah ça non !

De surcroit, les pauvres victimes des actes odieux du tueur sont si peu évoquées de prime abord que cela ne me permettait pas de développer un sentiment d’attachement ou d’identification envers elles.

Heureusement, tout cela change lorsque la Kirby adulte entre en scène. Déjà, j’ai adoré cette gamine, courageuse et volontaire et à l’humour vraiment décalé. Ensuite, j’ai aimé son association explosive avec le journaliste sportif désabusé. J’ai adoré Kirby et Dan. Cet improbable couple vedette se révèle très attachant au final et leurs « asticotages » permanents dénotent leur grande complicité.

Dans le même temps, les pièces du puzzle commencent à se mettre en place et l’histoire devient moins nébuleuse.

Je ne savais pas où j’étais ni où j’allais mais en définitive, une fois entré dedans (passés les 50 pages), j’ai grandement apprécié Les Lumineuses. Un thriller à la structure et aux atmosphères (une pour chaque décennie) très originales. Et quel sadisme chez l’auteure. Elle nous rend les « victimes » attachantes pour mieux les massacrer.

Deux bémols cependant : la fin trop rapide et frustrante et le manque d’explication valable du surnaturel. Le lecteur reste dans le flou. Cela m’a manqué, je l’avoue. Pour le reste, on passe un bon moment. Cela se lit vite et parvient à sortir des sentiers battus du thriller même si cela manque un peu de profondeur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s