« Le Prince d’été » d’Alaya Dawn Johnson

Editions Robert Laffont (R) (2013)

431 pages | Traduit par Paola Appelius

Temps de lecture : 3 jours

Note

livredeuxétoilessansplus

Synopsis

Il y a quatre cents ans, le monde tel que nous le connaissons a connu une fin tragique. Désormais, sur la côte de ce que l’on appelait jadis le Brésil, ce sont les femmes qui dirigent la légendaire ville-pyramide de Palmares Três. La Reine ne cède le pouvoir à un homme qu’une fois tous les cinq ans, à un Prince d’été dont l’histoire enfiévrera la cité le temps d’une année. Pour June Costa, la vie n’est qu’art. Ses œuvres géniales – des peintures murales aux hologrammes, en passant par des tatouages lumineux – impressionnent, voire irritent ses professeurs tout autant que ses camarades. Elle rêve de remporter le prestigieux Trophée de la Reine pour jouir d’une célébrité instantanée et de tous les privilèges qui vont avec. Un rêve qu’elle n’avait jamais remis en question… jusqu’à ce qu’elle rencontre Enki. Fraîchement élu Prince d’été, Enki est le garçon dont tout le monde parle à Palmares Três. Mais lorsque June le regarde, elle voit plus loin que ses fascinants yeux d’ambre et sa samba ravageuse : elle reconnaît en lui un artiste total, comme elle. Ensemble, June et Enki décident alors de créer un chef-d’œuvre qui restera gravé à jamais dans les annales de Palmares Três, attisant la flamme rebelle qui se lève contre les restrictions anti-technologie qu’impose le gouvernement matriarcal. Mais June va bientôt tomber profondément et tragiquement amoureuse d’Enki… Or, à l’instar de tous les Princes d’été qui l’ont précédé, Enki va devoir être sacrifié.

séparateur

La politique matriarcale qui sacrifie les hommes – pour expier les fautes des Anciens – avait du potentiel mais reste exposée de manière bien brouillonne. Certains points auraient mérités plus d’éclaircissements. Je n’ai pas compris la différenciation entre prince solaire et prince lunaire ni comment ni pourquoi la population ne vieillissaient plus ou très lentement. Le fait que les habitants du Royaume puissent vivre parfois tricentenaires n’est pas vraiment expliqué. Ce sont des détails mais ils sont révélateurs de ce manque de précisions qui rend l’intrigue  invraisemblable et la lecture fastidieuse.  

 L’univers SF futuriste, post-endémique, n’est pas désintéressant mais il reste excluant pour le lecteur. Même si le combat entre les classes sociales qui s’exprime dans ce roman est un enjeu universel, et, l’emploi de l’art en tant que moyen de rébellion, une bonne idée, je ne me suis pas sentie investie dans ce combat. Pourtant le métissage entre les cultures d’amérique du sud et européenne reste original mais maladroitement mis en avant. 

D’autre part, les trois héros principaux ne m’ont pas plu. Je n’ai pas compris surtout cette fascination que les personnages éprouvent pour Enki qui est, à mes yeux, l’un des protagonistes les plus antipathiques de l’œuvre. De toute façon, de par leur exaltation, leur grandiloquence un peu suffisante, leur manière excessive de réagir et leur superficialité égoïstes, les héros ne suscitent pas la sympathie. Leur étrange triangle amoureux est dérangeant car il s’agit moins d’amour que de sexe dont il est question dans ce trio d’adolescents.

L’écriture très moyenne n’arrange rien. D’autant que l’auteure emploie un jargon inventé de toute pièce. Le ton est parfois cru : le mot « baiser » revient étonnamment souvent et il y a même une surprenante scène d’onanisme à laquelle je ne m’attendais pas et que je ne trouve pas forcément utile dans l’histoire.

Les valeurs véhiculées ne m’ont pas convaincues.

Rien ne m’aura vraiment séduite dans ce roman d’un grand ennui, hormis les derniers chapitres plus intenses et émouvants. La fin m’a étonnée, je ne m’y attendais pas.

 Je suis resté en dehors de l’intrigue, aussi bien intellectuellement qu’émotionnellement. Tant pis. 

Publicités

4 Commentaires

  1. Cajou

    Bon… et bien…. que dire…. sinon que je passe mon chemin 😀
    J’ai commencé « La 5e vague » en coup de vent ce midi, et je trouve ça très addictif dès le début par contre ^^
    Bisous

  2. Pingback: « La 5e vague » de Rick Yancey | Reveline
  3. Pingback: La Gazette Elfique ≠ 19 | Reveline

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s