« Chroniques lunaires, 1, Cinder » de Marissa Meyer

Editions Pocket Jeunesse (2013)

412 pages | Traduit par Guillaume Fournier

Temps de lecture : 2 jours

Note cinqétoilesexcellent

Synopsis

A New Beijing, Cinder est une cyborg. Autant dire une paria. Elle partage sa vie entre l’atelier où elle répare des robots et sa famille adoptive. A seize ans, la jeune fille a pour seul horizon les tâches plus ou moins dégradantes qu’elle doit accomplir pour ses sœurs et sa marâtre.
Mais le jour où le prince Kai lui apporte son robot de compagnie – son seul ami -, le destin de Cinder prend un tour inattendu. La forte attirance qu’éprouvent le beau prince et la jeune cyborg n’a aucune chance de s’épanouir, surtout que le royaume est menacé par la terrible reine de la Lune !
Débute alors pour Cinder une aventure incroyable, où elle découvrira que le sort de l’humanité est peut-être entre ses mains.

Presque un coup de coeur. Mais surtout une belle découverte.

J’ai adoré l’audace de Marissa Meyer, sa volonté d’apporter des idées neuves, autant au sein de l’univers sino-cyberpunk-futuriste regorgeant de technologies nouvelles et d’inventivité qu’elle déploie sous nos yeux avides d’en apprendre toujours plus sur ce monde dévasté par une caatastrophe, que dans sa façon de revisiter le fameux Cendrillon en modernisant astucieusement les détails les plus célèbres du conte comme le soulier de vair ou le carrosse-citrouille. 

M. Meyer s’amuse et nous aussi. Sous sa plume, action et émotion se combinent idéalement. Sans oublier la pointe de charme apportée par le prince et par la personnalité flamboyante de Cinder. Une héroïne délicieuse, très éloignée des minauderies insupportables de la plupart des autres jeunes filles que l’on rencontre dans les romans YA. 

D’ordre général, les personnages sont bons. Même si certains sembleront un peu caricaturaux. 

En ce qui concerne la romance, elle n’est ni sirupeuse ni trop intrusive. Elle ne court-circuite pas les ambitions SF de M. Meyer.

Quant aux « méchants », j’ai nommé Les Lunaires, ils tiennent la route et leur civilisation « extraterrestre » est vraiment passionnante à découvrir. 

J’avoue qu’il y aussi quelques grosses ficelles et une intrigue prévisible (j’ai deviné trés vite la révélation finale) mais ce livre est vraiment addictif. Il ne se lâche pas avant la fin. Je lirai la suite avec grand plaisir.

Si vous voulez passer un bon moment, lisez Cinder !

Publicités

2 Commentaires

  1. Pingback: La Gazette Elfique ≠ 18 | Reveline

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s