[Book-club de Mars] « Arsène Lupin contre Herlock Sholmès » de Maurice Leblanc

Editions Le Livre de Poche (2009)

223 pages

Temps de lecture :  2 h

Note 3étoilesbon

Synopsis 

Arsène Lupin contre Herlock Sholmès!
L’homme qui défie toutes les polices françaises contre l’as des détectives anglais. « C’est justement quand je ne comprends plus que je soupçonne Arsène Lupin », avoue le célèbre limier.
Quand deux hommes aussi intelligents s’affrontent, leur duel est un grand spectacle. Qui a subtilisé le petit secrétaire d’acajou contenant un billet de loterie gagnant? Qui a volé la lampe juive, le diamant bleu, joyau de la couronne royale de France? Qui joue les passes-murailles en plein Paris? Arsène Lupin, toujours lui, l’éternel amoureux de la Dame Blonde, plus insolent, plus ingénieux que jamais, déjouant une à une toutes les ruses de l’Anglais par d’autres ruses plus étonnantes encore.

séparateur

Sympathique et sans prétention autre que de divertir, ce livre populaire dans le bon sens du terme se lit vite et bien malgré un côté trop rocambolesque pour être crédible.

Pour ma part, plus qu’une parodie, ce roman est une caricature à mes yeux.  Leblanc accentue et exagére les travers et la prétention de Holmes et le côté suiveur de Watson. Ce qui m’a paru un brin outrancier car Doyle lui-même n’est guére complaisant envers Holmes à la base.

J’ai assez aimé le découpage de l’intrigue principale en deux enquêtes distinctes presque des nouvelles à tiroirs qui se rejoignent au final.

La premiére enquête m’a plu davantage. Sa construction en plusieurs « actes » la rend trés attractive. La deuxième :  « La lampe juive » est moins prenante car elle fait office de redite de la précédente en réutilisant les mêmes ficelles.

Mais les deux parties sont bien équilibrées et divertissantes car pleines de rebondissements et de volte-face narratives. On ne s’ennuie pas. Il se passe toujours quelque chose. Même si c’est cousu de fil blanc. On sait bien qui va triompher à la fin. Holmés est là en guest star, il est malmené par Leblanc tout du long donc on devine que Lupin s’en sortira à la fin. Cela manque de surprise. Dommage que Leblanc n’ait pas eu l’audace de mettre sa créature davantage en danger voire même de lui faire perdre la face un peu plus.

Car c’est vraiment là que le bât blesse à mon sens. L’utilisation des personnages n’est pas à la hauteur des attentes du lecteur. Le duel promis se résume à des joutes oratoires et le jeu du chat et de la souris, entre le brigand et le détective, montre trés vite ses limites et tourne parfois en rond comme dans la deuxième nouvelle.

Bien que ludique et amusant, ce duel donne bien évidemment le beau rôle à Lupin au détriment de Sholmés, trop caricaturé ici. Lupin s’en sort toujours, la fleur au fusil et le sourire aux lèvres, bien trop facilement, ce qui ôte de la crédibilité à l’ensemble. C’est un chat qui retombe toujours sur ses pattes. Sholmés triomphe de lui par intermittence mais au final il est toujours tourné en ridicule par Lupin qui parvient toujours à s’échapper. Il y a du favoritisme envers Lupin! On dirait que Leblanc a besoin de rabaisser sans cesse Shokmés pour mieux mettre Lupin en lumière, pour mieux exalter son génie criminel, à la longue cela devient fatiguant.

Watson qui devient ici Wilson n’est pas mieux loti bien au contraire car si Holmés est montré comme détestable, Wilson lui est un véritable benêt balourd, un toutou toujours sur les talons de son maitre, Herlock. Vraiment, Watson ne méritait pas cela. Pas plus que Holmes ne méritait d’être à ce point moqué par Leblanc.

Chauvinisme ? Peut-être. Cela pourrait expliquer la volonté absolue de Leblanc à faire triompher Lupin, le frenchy, de Sholmés, l’english, et ce, dés leur premiére rencontre dft012
Ce qui est intéressant, c’est avant tout le combat de deux intelligences, l’une servant le « mal » en la personne de Lupin et l’autre au service du bien en ce qui concerne Sholmés. 

Le roman est composé pour l’essentiel  de dialogues et ne comporte  que peu de descriptions. Les dialogues font progresser l’intrigue et l’action donc ils ne sont pas gênants et les joutes verbales entre Lupin et Sholmés sont amusantes. Même si toujours trés correctes. Gentlemens oblige.
Paris et ses rues sont bien décrits. Le style de l’auteur est soigné, plutôt classe sans être pesant et trés plaisant au final. Parfois un peu surrané mais cela lui donne du charme.

Le roman souffre, je crois, du fait que depuis les ficelles inventées par Leblanc ont été beaucoup réutilisées dans le registre policier, ce qui donne un aspect daté et déjà vu aux aventures de Lupin et pourtant à l’époque Leblanc faisait figure de précurseur.  Sans être renversante, cette lecture est plaisante car en tant que lecture populaire et de masse, elle n’a d’autre prétention que de divertir. Elle retient l’attention sans se prendre au sérieux. On a envie de savoir ce qui va advenir ensuite pour les protagonistes. Quels nouveaux stratagémes l’auteur va nous sortir de son chapeau. Bref, cette partie de gendarme et de voleur grandeur nature entre France et Angleterre est amusante même si elle est cousue de fil blanc et rendue prévisible par le fait que Lupin doit forcément gagner à la fin.  Je ne fais pas une priorité de lire la suite car pour moi c’est inférieur à un Rouletabille, un Sherlock Holmes ou un Hercule Poirot.

Publicités

2 Commentaires

  1. Frankie

    Je suis assez d’accord avec ton avis, le reproche principal qu’on puisse faire au roman est qu’il ne peut y avoir de surprise, Lupin étant LE héros de Leblanc il ne peut que gagner face a Holmes. Je regrette que ce personnage et plus encore Watson soit aussi mal traités. Reste une lecture agréable sans plus et de moins en moins surprenante quand on a lu plusieurs aventures du gentleman cambrioleur.

  2. Pingback: La Gazette Elfique ≠ 18 | Reveline

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s