[Book-club de février] « Terrienne » de Jean-Claude Mourlevat

Editions Gallimard (Jeunesse) (2011)

387 pages

Temps de lecture : 2 jours 

Note 4étoiles-trèsbonmais

Synopsis 

Après avoir reçu un étrange message de sa soeur Gabrielle, disparue depuis un an, Anne se lance à sa recherche.
Accompagnée d’un vieil écrivain en mal de création, rencontré sur la route, elle passe alors brusquement de l’autre côté.
Et découvre un monde parallèle, un univers blanc, aseptisé, glacial. Là-bas, les habitants ne respirent pas, ne sourient pas, et les humains sont esclaves. Au milieu d’eux, elle comprend vite que sa soeur est retenue prisonnière, quelque part, et qu’elle est en danger. Anne va tout tenter… jusqu’au péril de sa vie.

 

séparateur

 

Un roman jeunesse trés chouette qui sait éviter la facilité et le piège du « tout qui finit bien ».

J’ai surtout beaucoup aimé l’univers glacé et métallique de l’autre-monde. Les régles strictes qui le régisse en font un monde deshumanisé et anxiogène.

Aprés un début un peu long où l’intrigue peine à se mettre en place, le roman trouve son rythme de croisière et offre pas mal d’acrion. La romance n’est pas omniprésente. Même si elle a de l’importance dans le récit, elle vient pas court-circuiter outre-mesure l’intrigue. Tout m’a paru assez bien dosé.

Le personnage du vieil écrivain désabusé est trés émouvant (cependant, je n’ai pas apprécié l’utilisation qu’en fait l’auteur, je comprends l’intention de JC Mourlevat, et j’approuve son audace, mais je pense que ce beau personnage est bien mal exploité) de même que les autres personnages masculins du roman, notamment les hybrides qui ne parviennent pas à trouver leur place ni dans leur monde mécanique ni dans le monde des humains – j’ai beaucoup aimé ce concept d’hybridation du reste. Il est trés amusant de visiter l’école qui leur apprend à se comporter comme des humains. De façon générale, l’univers et la mythologie en place ne sont pas sans faire penser aux célèbres légendes faës qu’on retrouve dans les romans fantasy mais perçu ici sous un angle plus SF.

Ce n’est pas un coup de coeur car l’héroïne Anne n’est pas forcément trés sympathique ou attachante (je n’ai pas accroché avec son caractère un peu rigide) même si sa quête est juste et prenante, Anne m’a plutôt agacée dans sa façon d’être. La fin traine aussi un peu en longueur mais je suis ravie d’avoir découvert la plume de Mr Mourlevat ! Et il me tarde vtaiment de lire ses autres oeuvres.

 

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s