« Version Bêta, 1 » de Rachel Cohn

Editions Robert Laffont (R) (2012)

424 pages | Traduit par Alice Delarbre

Temps de lecture : 2 jours

Note 1étoile passez votre chemin

Synopsis

Née à seize ans, Elysia a été créée en laboratoire. Elle est une version BETA, un sublime modèle expérimental de clone adolescent, une parfaite coquille vide sans âme.
La mission d Elysia : servir les habitants de Demesne, une île paradisiaque réservée aux plus grandes fortunes de la planète. Les paysages enchanteurs y ont été entièrement façonnés pour atteindre la perfection tropicale. L’air même y agit tel un euphorisant, contre lequel seuls les serviteurs de l’île sont immunisés.
Mais lorsqu elle est achetée par un couple, Elysia découvre bientôt que ce petit monde sans contraintes a corrompu les milliardaires. Et quand elle devient objet de désir, elle soupçonne que les versions BETA ne sont pas si parfaites : conçue pour être insensible, Elysia commence en effet à éprouver des émotions violentes. Colère, solitude, terreur… amour.
Si quelqu’un s’aperçoit de son défaut, elle risque pire que la mort : l’oubli de sa passion naissante pour un jeune officier…
séparateur

Sans doute le plus mauvais des romans publiés dans la Collection R. Jusqu’à présent, je pensais que c’était Glitch, déjà pas très fameux, mais je me trompais, Version Bêta est encore pire.

Un mauvais mélange de tous les ingrédients qui fonctionnent dans les autres romans destinés à la jeunesse, et qui forment ici un indigeste agglomérat.  Le concept de la puce défectueuse ou du conflit de personnalités pour prendre le contrôle du corps du personnage a déjà été montré dix fois ailleurs. On le retrouve dans Starters,  Glitch, et même dans une autre mesure dans Les Ames Vagabondes de S. Meyer !

Le style est d’une pauvreté rare. Le ton enfantin ne colle absolument pas avec le contenu tendancieux du livre qui parle d’esclavage, de drogue, de sexe et de viol.

Les personnages sont froids, distants, superficiels bref : antipathiques. Elysia est si cruche que je l’ai très vite prise en grippe.

L’auteure tente de construire une histoire mais passe en réalité son temps entre emprunts aux autres romans, survol de sa propre mythologie tirée par les cheveux et pirouettes narratives quand elle ne sait pas expliquer une des caractéristiques de son intrigue.

Parce que entre l’appareil qui clone un mort en un claquement de doigt, l’extraction de l’âme du défunt presque comme on extrait un noyau d’une olive dont nous ne saurons rien de précis, et les fonctionnalités absurdes des clones, leurs papilles peuvent différencier les goûts mais pas prendre de plaisir en mangeant, OK, un coup les clones ressentent la peur et quelques pages plus tard plus du tout, pour se sentir vivants les clones doivent se droguer (beau message) euh, pourquoi ? Ben, on sait pas c’est comme ça … et tout est du même acabit, Rachel Cohn n’explique rien de sa mythologie. Une mythologie qu’elle se contente de poser en trois phrases.  

Alors Ok, c’est de la dystopie, Ok, l’histoire se passe dans un futur indéterminé mais un soupçon de vraisemblance et de crédibilité scientifique n’a jamais tué personne ! Par rapport à d’autres univers travaillés et maitrisés comme Never Sky ou Legend c’est quand même très fourre-tout et farfelu

 Hormis dans les cent dernières pages, il ne se passe absolument rien d’intéressant et encore la fin est prévisible à pleurer. Les révélations tombent à l’eau car le lecteur devine tout très à l’avance. A mes yeux : une catastrophe.

 

Publicités

5 Commentaires

  1. Natacha

    Bon, si quelqu’un m’achete ce livre je pourrais en tirer toute les conclusions possibles ! En tout cas, ta critique m’a convaincu que beaucoup surfent sur la vague de la tendance et parfois avec plus ou moins de talent ^^ Est ce aussi un problème de traduction ?

  2. Pingback: « La 5e vague » de Rick Yancey | Reveline

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s