« Hush, Hush, 4, Finale » de Becca Fitzpatrick

finale

finale

Titre original : Hush, book 4 : Finale (2012)

Editions du Masque (MSK) (2012)

400 pages

Temps de lecture : 2 jours

Note 4étoiles-trèsbonmais

Synopsis

En tombant amoureuse de Patch, un ange déchu, Nora a dit adieu à une vie ordinaire. Pourtant, elle ne s’attendait pas à se retrouver à la tête d’une armée de néphilims, les ennemis jurés de celui qu’elle aime. Alors que leur histoire d’amour est plus dangereuse que jamais, Nora se retrouve face à un choix impossible : prendre le commandement des néphilims et déclarer la guerre à Patch ou refuser le combat et condamner à mort sa famille et ses amis.

séparateur

C’est avec une petite pointe de nostalgie que je rédige ce billet sur le dernier tome de la saga Hush, Hush. Mon ressenti global est positif, même si la série est loin d’être parfaite ou exempte de défauts, je recommande sa lecture car elle fait passer de bons moments et offre une mythologie originale ainsi qu’une charmante histoire d’amour. Et puis rien que pour découvrir le fameux Patch, il faut découvrir Hush, Hush. Je sens que Nora, Patch et Vee vont beaucoup me manquer, c’est certain.

En fermant le troisième tome, Silence, une suite ne m’apparaissait nullement nécessaire, ne voyant pas vraiment ce qu’un quatrième segment pourrait apporter de plus à l’histoire de Patch et Nora. Mais je me trompais. Et ce Finale est une bonne surprise en fait. L’intrigue est très bien menée et reprend bien à son compte tous les arcs narratifs développés dans les tomes précédents. Ce dernier tome clôt la série de manière plus que satisfaisante. Même si on pourra tout de même regretter un certain manque d’explications sur certaines choses ou que certaines difficultés se résolvent un peu trop vite et facilement.  Je ne suis pas du tout déçue par cet ultime rendez-vous. Bien au contraire, je pense que c’est, conjointement avec le 1, le meilleur tome de la saga.

Finale est un tome très sympathique (un peu inférieur au premier qui restera largement mon préféré, mais légèrement supérieur à Silence), bien rythmé et riche en rebondissements notamment en coups de théâtre dans les derniers chapitres. C’est d’ailleurs, une chance que l’intrigue soit prenante car elle a la lourde tâche de suppléer au manque de charisme du couple principal. Après des débuts explosifs dès le premier tome, le duo Patch/Nora, ça m’ennuie de le dire, n’a pas cessé de décliner et de perdre en intensité au fil des tomes. Dans Silence, j’avais déjà trouvé que leur relation était devenue répétitive et tiède. Ce n’est pas forcément mieux dans Finale, à l’exception de quelques jolies scènes de tendresse, le lecteur pourra trouver l’interaction entre Nora et Patch assez mièvre et ennuyeuse pendant la majorité du roman (à un moment donné les grandes déclarations d’amour, les câlins/bisous sur le front et les scènes de jalousie, ça lasse). De fait, il faut attendre les 100 dernières pages pour que ça devienne un peu plus « caliente » entre nos deux tourtereaux et pour qu’on retrouve un peu de la passion des débuts.

Mais j’avoue que Patch m’a semblé moins incisif et plus sirupeux que dans ses grandes heures de gloire. Pour les dialogues lestes et les remarques coquines, mieux vaut relire le premier tome car dans Finale, les échanges entre les amoureux sont surtout « fleur bleue » et restent relativement sages sauf à la fin où on a enfin l’impression de retrouver Patch tel qu’on l’aime : sexy et flamboyant avec toujours une allusion grivoise à la bouche.

Nora se dévergonde un peu et j’ai aimé voir son personnage s’affirmer et devenir moins lisse et moins pleurnichard. B. Fitzpatrick nous montre la face obscure de son héroîne et ce faisant, lui fait prendre plus d’épaisseur. Vee n’est plus vraiment elle-même non plus. On peut penser bien sûr qu’elle a mûri mais je ne l’ai pas trouvé aussi drôle qu’avant (bon, elle est toujours aussi excentrique et fofolle tout de même, ouf !). Vee est moins fun et je dois dire qu’on  a du mal à croire à l’évolution de son personnage. Ce qui lui arrive n’est pas très crédible.

Scott m’est devenu plus sympathique, lui, auquel pourtant je n’adhérais pas forcément dans les tomes précédents. Quant à Marcie, j’avoue qu’elle m’a intriguée tout du long. On ne sait pas trop quoi en penser. Ni d’elle, ni de sa façon d’agir et c’est un des points les plus intéressants de ce dernier tome.

Si je fais le bilan, sur quatre tomes, un seul m’aura vraiment déçue, le deuxiéme. Les autres segments fluctuent légérement en qualité mais restent en globalité, trés agréables à lire. Une saga qui vaut le coup d’oeil assurément. 

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s