[LC] « Le Treizième conte » de Diane Setterfield

Editions Pocket (2008)

567 pages

Temps de lecture : 3 jours

Note 

Synopsis

Vida Winter, auteur de best-sellers vivant à l’écart du monde, s’est inventé plusieurs vies à travers des histoires toutes plus étranges les unes que les autres et toutes sorties de son imagination. Aujourd’hui, âgée et malade, elle souhaite enfin lever le voile sur l’extraordinaire existence qui fut la sienne. Sa lettre à Margaret Lea est une injonction : elle l’invite à un voyage dans son passé, à la découverte de ses secrets. Margaret succombe à la séduction de Vida mais, en tant que biographe, elle doit traiter des faits, non de l’imaginaire. Et elle ne croit pas au récit de Vida. Dès lors, les deux femmes vont confronter les fantômes qui hantent leur histoire pour enfin cerner leur propre vérité…

Autant j’ai éprouvé de la difficulté à m’immerger dans l’histoire (davantage encore à m’habituer au style un peu empesé voire amidonné comme un col de chemise, quoique joli et poétique de Diane Setterfield) autant passées les 150 premières pages, je n’ai plus réussi à refermer ce roman tant, entre-temps, l’intrigue était devenue passionnante.

Diane Setterfield, c’est palpable, tant dans la recherche du mot juste que dans la construction raffinée des personnages et de l’intrigue, semble apprécier la littérature victorienne. Elle nous donne d’ailleurs d’excellents conseils de lecture au sein même du récit. Son roman s’approprie avec bonheur les ambiances délicieusement « vieille angleterre », les atmosphères feutrées et brumeuses en même temps que les codes romanesques. Ce que confirme le soin apporté aux descriptions des paysages désolés de cette contrée prise dans un linceul de brouillard, de vent et de neige.

Nul doute pour moi que D. Setterfield rend ici un vibrant  hommage  aux plumes magistrales des grandes romancières que furent Jane Austen ainsi qu’ Emily et Charlotte Brontë. Ces échos surranés donnent beaucoup de charme à ce roman trés immersif.

Par son évocation des gouvernantes laides et soigneuses (Hester) et son mystère latent, le roman m’a fait souvent songer à Jane Eyre (encensé plus d’une fois par l’héroïne du livre) mais aussi bien sûr aux Hauts de Hurle-vent (évoqué là encore par D. Setterfield).

Non sans rappeler le trés bon roman Le jardin des secrets de l’australienne Kate Morton, de par son aspect saga familiale, Le treizième conte prend des allures d’enquête policière tout autant que de roman initiatique pour sa narratrice principale, qui profite de la rédaction d’une biographie d’une célèbre auteure de romans à succés pour partir sur les traces de son propre passé et en quête d’elle-même. Le procédé narratif est astucieux et laisse une grande place au traitement des personnages notamment sous l’angle psychologique.

Le tout est savamment auréolé de mystère et d’une pointe d’étrangeté qui nous fait échafauder mille hypothèses tout au long de notre lecture. Si j’avais commençé à effleurer (un peu) la résolution de l’égnime vers le milieu du roman, bien des choses ont réussies à me surprendre tout de même.  L’auteure nous gratifiant d’un sacré coup de théâtre mais chut …

Je garde toutefois quelques réserves quant à certains arrangements narratifs qui m’ont semblés un peu hasardeux mais hormis cela, et les longueurs que comportent souvent inutilement le roman, j’ai passé un trés bon moment avec ce roman fort appréciable dont  les personnages sont fascinants. Un roman qui célèbre avec poésie la magie des livres et le bonheur de lire. Sujet qui me tient beaucoup à coeur. Et comme j’ai un gros faible pour les livres qui parlent… de livres en exaltant la beauté de l’acte de lecture mais aussi de l’acte d’écriture, ce roman ne pouvait que me plaire…

Publicités

6 Commentaires

  1. Licorne

    Comme toujours Reveline, tu trouves les mots justes, et je suis toujours « bluffée » par la qualité de ton écriture ! Ta chronique est clair, précise et d’une grande finesse. J’ai beaucoup aimé également ce livre et c’est vrai que j’ai pensé moi aussi  » au jardin secret  » (qui est le meilleur livre de Kate Morton à mon avis), on retrouve le charme et le mystère de certains endroits, et cela ravive l’imagination. Une belle découverte !

  2. Walpurgis

    Ouah ! Très belle chronique ! Je te rejoins dans l’immersion difficile que l’on ressent pour entrer dans le roman mais en effet après nous sommes happés par l’histoire et toutes les zones d’ombre.
    Je note le livre de Kate Morton « Le jardin des secrets » que je ne connais pas.

  3. Quel bookan! (@C_era1volta)

    Oh waouh! Quelle belle chronique! Je ne peux que rejoindre ce qu’en disent tes autres lecteurs. Tu as une justesse d’écriture pour parler de ce roman que je ne connais pas qui est superbe. Et c’est marrant en lisant certains passages, j’ai eu le sentiment de revivre un peu de ce que j’avais ressenti à la lecture de Rebecca…
    A ton tour de me donner une bien belle envie de lire ce roman que tu salues majestueusement par ton écriture. Bravo!

  4. angelebb

    Je me rapelerai également de ce roman fort appréciable de part son écriture dont le style m’a beaucoup charmé! J’aurai aimé toutefois une fin moins « terre à terre » pour que se soit un coup de coeur mais dans l’ensemble je dirai que c’est un très beau roman! Merci de ta participation, biz ;))

  5. Pingback: Le treizième Conte – Diane Setterfield « Lectures d'une guenon
  6. magicetincelle

    Tiens je n’ai pas lu le jardin des secrets, merci d'(en avoir parlé, je le rajoute à ma wishlist ! J’ai moi aussi essayé de percer le mystère au cours de la lecture, cherchant des hypothèses plausibles, mais contrairement à toi je n’ai pas effleuré un seul moment la vérité XD En tout cas chapeau de t’en être approchée, j’étais à des milles ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s