[LC] « A comme association, 6, Ce qui dort la nuit » d’Erik L’Homme

Editions Gallimard/Rageot (Jeunesse)
Publié en 2011 ~ Langue : Française ~ 203 pages
Année de parution originale : 2011
Genre : FantastiqueJeunesse
Temps de lecture : 2 h
Note 
Synopsis
Lorsque Jasper se décide enfin à revenir à l’Association, il trouve porte close. Entre de faux Agents qui traquent un sorcier joueur de tambour dans le métro et de vrais vampires qui organisent une fête sanglante dans un manoir de banlieue, il n’a pas le temps de s’étonner. Accompagné de son fidèle sortilège Fafnir et d’Ombe qui lui prodigue toutes sortes de conseils bizarres, Jasper mène l’enquête… …Ignorant que Walter a disparu et que Mademoiselle Rose passe son temps à discuter avec un miroir, accroché dans sa cuisine ! Jasper sauve la vie de l’Agent stagiaire Nina et remonte avec elle la piste de l’étrange sorcier. Une piste semée de cadavres. Mais qui, du sorcier qui a pris Walter en chasse ou de la troublante Nina, risque le plus de causer sa perte ?

Ce qui dort la nuit ? Pas moi en tout cas ! Ce livre ne m’a pas fait piquer du nez. Il a su me tenir éveillée sans problème !

Il n’était pas aisé pour Erik L’Homme d’enchainer après un excellent tome 5. Mais il le fait plutôt efficacement. Centré fortement sur Jasper mais aussi, une fois n’est pas coutume, sur la mystérieuse mademoiselle Rose, ce sixième segment est certes moins poignant et beaucoup moins haletant que le 5 mais il se défend pas mal dans la hiérarchie de la saga.

La vie a repris ses droits et l’émotion vibrante suscité par le drame terrible survenu dans le tome précédent s’atténue un peu. La nostalgie remplace le chagrin. Jasper a séché ses larmes (un peu vite peut-être ?) et recommence à faire ses blagues ringardes. Il s’affirme de plus en plus comme un électron libre et œuvre en marge de l’association sans vergogne. Aucun doute, le personnage a mûri et gagné en assurance et en force de caractère.

Si le rythme retombe un peu par rapport au tome 5, les mystères concernant l’association, eux, s’épaississent. Et quelque chose me dit que cela ne fait que commencer.

Plaisir et détente sont comme toujours au rendez-vous. Mais ce tome qu’on pourrait qualifier de tome-gadget marque un léger recul dans la montée en puissance de la série. Ce qui dort la nuit n’apporte pas grand-chose à l’intrigue générale mais est fort sympathique à lire. Et la fin est terrible. L’Homme nous abandonne avec un cliffhanger énorme qui nous laisse bouche bée dans l’attente insupportable de lire le tome 7.

Publicités

Un commentaire

  1. Myiuki

    On a quasiment le même ressenti sur ce tome 6, et comme toi, l’attente de la lecture du tome 7 va être insupportable après cette « révélation » ^^
    Bonne prochaine lecture 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s