[LC] « Les Faucheurs sont les Anges » d’Alden Bell

Editions Bragelonne
Publié en 2012 ~ Langue : Française ~ 288 pages
Année de parution française : 2012
Année de parution originale : 2010
Titre VO : The reapers are angels
Genre : Fantastique
Temps de lecture : 2 jours
Note 
Synopsis 
Depuis vingt-cinq ans, la civilisation se réduit à de pauvres enclaves qui s’efforcent d’endiguer des flots de morts-vivants. Une jeune fille nommée Temple sillonne ces paysages d’une Amérique dévastée lors d’une errance solitaire qui lui permet de faire taire ses démons intérieurs. Elle n’a pas souvenir du monde avant l’arrivée des zombies, mais se rappelle le vieil homme qui les avait recueillis, son jeune frère et elle ; un cadet dont elle a eu la charge jusqu’à la tragédie qui l’a poussée à aller de l’avant, en quête de rédemption. Un voyage initiatique d’îlot préservé en îlot préservé, à travers un Sud ravagé en proie à la sauvagerie, au cours duquel Temple devra décider où fonder un foyer et trouver le salut qu’elle cherche désespérément.

Contrepoids total au formidablement divertissant New Victoria, Les Faucheurs sont les anges offre une variation plus sombre et désenchantée du thème des zombies, actuellement en vogue dans la littérature fantastique et YA.

La couleur de New Victoria était déjà assez sombre, mais ici, l’atmosphère s’élève plusieurs teintes au-dessus pour devenir carrément noire. Le roman est un savant mélange entre le classique « survival » zombiesque et La Route de McCarthy.

Le langage cru et certaines scènes « hardcore » semblent indiquer que le roman s’adresse avant tout à un lectorat adulte et averti. Ce que ne préconise pas la quatrième de couverture. Attention, donc, ce roman est très dur à lire. Cela ne m’a pas dérangée car j’ai déjà lu bien pire mais on pourra éprouver un sentiment de malaise parfois.

Mon sentiment final s’avère contrasté. J’ai beaucoup aimé la première partie du roman, nettement moins la deuxième qui, selon moi, abandonne ce qui faisait sa force, c’est-à-dire une certaine forme de réalisme (même si je sais que vous allez me dire qu’il n’y a rien de réaliste à ce que les morts reviennent à la vie mais quand même…) pour verser dans le grotesque avec une sous-thématique improbable de mutations génétiques à laquelle on ne croit pas et un charabia métaphysique et religieux tendance new age qui, toujours selon moi, décrédibilise le roman en atténuant la bonne impression que procure la première partie.

Le meilleur du livre reste son héroïne : Temple. Une drôle d’adolescente à la fois complexe et torturée mais surtout très attachante à suivre dans son périple sur les routes d’une Amérique infestée de « rampant » et de « sac à viande ». De son passé, son origine et son histoire, il ne nous sera pas révélé grand-chose mais qu’importe, sa façon de voir la vie, de sentir les choses nous la rendent d’emblée sympathique. Les personnages qui l’entoure sont tout aussi singuliers et puissants : James, Maury, Moïse…ne laissent pas non plus de marbre. Ils sont très intriguants. 

La lenteur du récit aura sans doute séduit certains lecteurs, peut-être même l’auront-ils trouvé envoûtante ? Ce que je peux comprendre puisque cela m’a séduit moi aussi du moins dans les premiers chapitres. Car à force d’attendre une montée en puissance qui n’arrive jamais, on finit un peu par trouver le temps long.

J’ai peiné à lire le roman jusqu’au bout. Pourtant, je trouve la tentative de l’auteur d’apporter de la profondeur, de la réflexion et un questionnement sur la vie et à la mort à un livre de zombies fort louable.

Mais si le côté « philosophique » du récit est intéressant, il est vite contrebalancé par la « bondieuserie » dont est empreint le roman. Et ce sont sans doute ces incessantes références à Dieu, au bien, au mal, à la possibilité de rédemption qui m’auront le plus importuné ici.

En résumé, un roman inégal, lent, long et très théologique qui vaut surtout pour son atmosphère sombre, étrange et désenchantée et ses personnages complexes et décalés à commencer par Temple.

Publicités

3 Commentaires

  1. stephanie-plaisir de lire

    je suis d’accord avec toi sur tout ce qui touche au bon Dieu (trop présent sans doute) mais ça n’a rien gaché à ma lecture. Le personnage principal a réussit à emporter mon intérêt avec elle jusqu’aux dernières lignes. pour ce qui est des mutations génétiques, je me dis que ça fait 25 ans que le monde s’est effondré alors que certains dégénérés puissent en tirer leur profit comme ça ne m’a pas choqué.
    J’aime beaucoup ton billet et le fait que tu évoques les personnages secondaires. Ils ont une place vraiment importante dans l’intrigue et dans la vie de Temple, et pourtant je n’ai pas eu l’idée (ou l’envie) d’en parler.

  2. Pingback: Les Faucheurs sont les Anges Alden Bell « Pluie de Livres
  3. dexlivres

    New Victoria est dans ma PAL mais je ne l’ai pas encore lu, mais en tout cas « Les Faucheurs sont les Anges » est pour moi un petit coup de cœur même si je conçois qu’il ait des défauts pour certains lecteurs. Je suis tout à fait d’accord avec toi, tous les personnages qui m’ont vraiment intéressés même Maury. Mais par contre toutes les références à Dieu ne m’ont pas dérangé, ça installait une certaine morale au livre enfin je trouve ^^ en tout cas merci pour ton avis !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s