[LC] « A comme Association, 4, Le subtil parfum du soufre » de Pierre Bottero

Editions Gallimard/Rageot (Jeunesse)

Publié en 2011 ~ Langue : Française ~ 180 pages

Temps de lecture : 1h40

Note  Excellent 

Synopsis

Lors d’une mission particulièrement éprouvante, Ombe sauve la vie d’un loup-garou. Elle ne l’aurait peut-être pas secouru si elle avait su qu’elle en tomberait amoureuse… Car son corps a beau être incassable, son coeur, lui, ne l’est pas.

******************************************************************

A l’échelle de la saga, ce tome est excellent ! Il renoue avec la qualité et l’efficacité des premiers tomes. 

Après les vampires, les gobelins et les trolls, place aux garous. Si d’habitude je n’aime guère les histoires les mettant en scène, ici, j’ai pris plaisir à les voir évoquer.

Même si elle m’énerve parfois avec son côté sûre d’elle, j’ai tendance à préfèrer Ombe à Jasper. Sur plusieurs points, ce quatrième tome est bien supérieur au précédent qui m’avait déçue par son manque d’action et d’intensité.  Dans Le subtil parfum du soufre nous retrouvons le charme un peu canaille des deux premiers épisodes.

L’écriture est virevoltante et moins encombrée de keux de mots, l’intrigue bien menée et ce, sans temps morts, les caractères des personnages plus fouillés, l’atmosphère plus sombre et moins adolescente (les allusions au sexe m’ont grandement étonnées). Très rythmé, ce quatrième segment ne laisse aucun répit au lecteur.

Ombe fend un peu l’armure et se révèle plus fragile qu’on pouvait l’imaginer dans les tomes antérieurs. La jeune fille nous émeut beaucoup à mesure qu’on en apprend plus à son sujet.

L’humour n’est pas lourd ou répétitif.

J’ai adoré les moments Jasper/Ombe à la fin. Leur rapprochement inattendu est très touchant.

Bref,  si on établit un comparatif avec l’épisode précédent, ce quatrième tome gagne le combat haut la main. Un très bon tome qui donne plus envie que jamais de continuer la saga.

Publicités

5 Commentaires

  1. Ella

    J’avoue que, moi, je préfère Jasper, car il est moins prétentieux, plus humain. Alors, oui, ces jeux de mots sont nazes, mais c’est ce qui fait son charme. Toutefois, il est vrai qu’Ombe m’a davantage touchée et émue dans ce tome. C’est vrai aussi que l’on ne s’ennuie pas une seule minute, mais parce que tout va trop vite. On a à peine commencé que c’est déjà terminé. Et pour moi, il y a peu ou pas assez d’approfondissements. Cela me donne l’impression d’avoir une lecture trop légère et superficielle. C’est vraiment dommage. D’habitude, j’adore les œuvres de Pierre Bottero, et je suis triste de ne pas avoir été complétement emballée par ce tome.

    • ladelyrante

      C’est dommage ! D’autant que c’est le dernier que P. Bottero ait écrit. Ce qui me rend triste car je préfère le style de Bottero à celui de L’Homme
      😦 Le troisième ne m’avait pas beaucoup plu par exemple.
      J’espère ne pas être déçue par les tomes suivants.

  2. Pingback: [Challenge ABC 2012, Littératures de l’imaginaire] « Reveline

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s