« Kaleb, 1 » de Myra Eljundir

Editions Robert Laffont (R)

Publié en 2012 ~ Langue : Française ~ 442 pages

Temps de lecture : 1 après-midi

Note  Coup de coeur !

Synopsis

C’est si bon d’être mauvais…

SAISON 1.
À 19 ans, Kaleb Helgusson se découvre empathe : il se connecte à vos émotions pour vous manipuler. Il vous connaît mieux que vous-mêmes. Et cela le rend irrésistible. Terriblement dangereux. Parce qu’on ne peut s’empêcher de l’aimer. À la folie. À la mort.
Sachez que ce qu’il vous fera, il n’en sera pas désolé. Ce don qu’il tient d’une lignée islandaise millénaire le grise. Même traqué comme une bête, il en veut toujours plus. Jusqu’au jour ou sa propre puissance le dépasse et ou tout bascule… Mais que peut-on contre le volcan qui vient de se réveiller?

******************************************************************

Rien de moins qu’un coup de cœur pour ce roman jeunesse hors normes, novateur et délicieusement subversif. Un régal !

L’un des romans les plus originaux, enthousiasmants et ambitieux que j’ai lu au rayon jeunesse fantastique depuis un moment. En fait, j’ai rarement lu des romans jeunesse aussi passionnants et renversants.

Avec ce roman vous ne saurez jamais sur quel pied danser… c’est un numéro d’équilibrisme sans cesse renouvelé entre le bien et le mal qui s’effectue sous nos yeux et où l’auteure joue avec notre bonne conscience, nos limites et les valeurs morales que nous tenons pour acquises et qui sont ici délibérément remises en question à chaque chapitre. Le lecteur est pris dans des montagnes russes émotionnelles, tantôt touché par Kaleb, parfois agacé ou révulsé, souvent mal à l’aise, surpris, bluffé …

Il faut dire que la mythologie fantastique du roman est follement originale, puisant sa source dans le folklore islandais autant que dans l’histoire européenne ou le chamanisme…

Le rythme est haletant de bout en bout, le suspense va crescendo et le lecteur va de rebondissements en révélations.

L’identification aux personnages est certes difficile voire impossible. Mais Kaleb est un antihéros génialement construit qui ne peut laisser de marbre. C’est si rare de voir un personnage principal aussi torturé dans un roman !

 Je fais le tour des critiques récurrentes sur Kaleb et je vous donne mon sentiment :

Violent ? Surtout psychologiquement, quelques scènes sont dures à lire…mais rien de pervers ou de gore.

Misogyne ? A mes yeux, pas vraiment, en tout cas moins que la plupart des romances paranormales qui m’insupportent tant où l’héroïne est une pauvre petite chose fragile qui a besoin d’un gros mâle musclé pour la protéger ou qui devient un objet sexuel pour un vampire (ou autre) ou qui saute dans le lit de tout ce qui porte un pantalon…

 Vulgaire ? Que nenni. Encore une fois, bien moins que la plupart des livres de bit-lit sur le marché actuel où vulgarité gratuite et sexe à gogo peinent parfois à masquer la minceur de l’intrigue. Le style de l’auteure est brut, parfois cru, mais rarement vulgaire ou obscène.

Dérangeant ? Oh que oui ! Et c’est ce qui est remarquable dans ce roman délicieusement décomplexé qui sait s’affranchir à merveille du politiquement correct et des bons sentiments. Le récit s’épanouit en toute liberté sans concessions à la morale et se fait le reflet de notre société ou violence et méchanceté gratuite règnent en maitresses. Les idéalistes vont détester ce roman…

J’espère vous avoir donné envie de découvrir ce très bon roman, selon moi, injustement décrié. Ne vous arrêtez pas aux critiques négatives et faites vous votre propre opinion. Ne focalisez pas sur la personnalité bordeline du héros, où l’amoralité du propos, on ne peut pas toujours lire des oeuvres en accord avec nos propres valeurs morales, n’est-ce-pas ? On a parfois besoin d’être un peu bousculé et ce roman le fait à merveille. Donc ne passez à côté d’une intrigue formidable et innovante. Je ne peux pas vous promettre que vous allez aimer ce livre à coup sûr car ce ne sera peut-être pas le cas, c’est typiquement le genre de roman qu’on adore ou qu’on déteste mais je suis certaine en tout cas que Kaleb ne vous laissera pas indifférent.

 

Publicités

10 Commentaires

  1. bambi_slaughter

    Je ne sais pas si j’aurais un coup de coeur comme toi mais ton avis m’a définitivement convaincue. Surtout quand tu parles des critiques généralement faites à propos de ce livre.

  2. froggy80

    Très bel avis Ladelyrante !! On voit clairement que tu as adoré ce roman… Tu nous donnes simplement le goût de s’y mettre tout de suite !! Un autre qui rejoindra ma wishlist !

  3. Pingback: « Kaleb, 2, Abigail » de Myra Eljundir | Reveline

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s