« Charley Davidson, 1 Première tombe sur la droite » de Darynda Jones

Editions Milady

Publié en 2012 ~ Langue : Française ~ 415 pages

Temps de lecture : 1 jour 

Note  Excellent 

Synopsis

Charley Davidson est détective privée et faucheuse. Son boulot consiste à convaincre les morts « d’aller vers la lumière ». Mais ce n’est pas toujours si simple : parfois Charley doit les aider à accomplir quelque chose avant qu’ils acceptent de s’en aller, comme retrouver l’assassin de ces trois avocats. Ce qui ne serait pas un problème si Charley ne passait pas son temps à faire des rêves érotiques provoqués par une entité qui la suit depuis toujours… Or, il se pourrait que l’homme de ses rêves ne soit pas mort. Il pourrait même être tout à fait autre chose…

******************************************************************

Un très bon début de saga qui laisse augurer du meilleur pour la suite. 

J’avoue qu’au départ, j’étais sceptique. Pour ne pas dire que je craignais le pire lorsque j’ai vu sur le bandeau que JR Ward avait adoré et recommandait ce roman. Pour rappel, JR Ward est l’auteure de l’une des pires sagas de romance paranormale du moment (et peut-être même de tous les temps) : La Confrérie de la dague noire d’où ma légitime méfiance face à ces louanges dithyrambiques !

Mais voilà, contre toute attente : ce roman n’est pas loin du coup de cœur pour moi. J’ai tout simplement adoré et pourtant ce n’est pas mon genre littéraire de prédilection.

Ah, bon sang ! Charley ! Quelle héroïne fantastique ! En quelques lignes, elle est devenue ma copine, ma chouchoute (tout ce que vous voudrez). J’ai succombé à son charme en quatre coups de cuillère à pot. Il faut dire que sa grande gueule, son sens de la répartie et son humour caustique sont irrésistibles

Si Anita Blake relève les morts et que la plupart des autres héroïnes d’urban fantasy se chargent surtout de les envoyer ad patres, Charley, elle, les accompagne dans la mort et les aide à trouver la paix du coeur et de l’âme afin qu’apaisés, ils puissent quitter ce monde pour un monde meilleur (enfin, j’espère). C’est pourquoi, l’appartement de Charley est rempli de fantômes et que la pauvre ne peut même pas prendre sa douche tranquille sans parler de pioncer un coup !

Il y a du chaud bouillant (mais pas trop ce que j’ai apprècié) mais il y a surtout une intrigue bien ficelée (en fait, plutôt trois intrigues qui se croisent car Charley travaille sur plusieurs dossiers à la fois). 

Charley est entourée d’une galerie de personnages tous plus géniaux et touchants les uns que les autres : Cookies, Oncle Bob, Ange, le père de Charley (et j’en passe). Mais le personnage le plus émouvant et attachant du roman reste sans conteste Charley elle-même. Son coeur d’or, sa générosité l’amène à être en totale empathie avec les gens qui ont besoin d’elle et de son aide. Ce qui offre des scènes très très touchantes dans ce premier tome, pas toujours facile de se retrouver comme Whoopi Goldberg dans Ghost !! Oui,  rarement une héroïne m’aura émue à ce point sauf Cat Crawfield (Chasseuse de la nuit de Jeaniene Frost) ou Rose Hathaway (Vampire Academy de Richelle Mead) et parfois Bella (Twilight).

Caramba! Et que dire de Reyes ? Il entre dans mon top BG et rejoint Bones et Barrons sans sommation. Mystérieux, intriguant, sexy, dangereux, tendre et protecteur sans être macho, respectueux des décisions de Charley : serais-ce l’homme idéal ? 🙂

Le couple Charley/Reyes rivalise complétement avec mon couple préféré en urban fantasy : Cat/Bones et même avec Mac/Barrons. Leurs rapports sont équilibrés, ils se respectent l’un l’autre et s’acceptent tels qu’ils sont. Leur relation commence de façon singulière et son traitement est pratiquement du jamais vu en urban fantasy/bit-lit puisque tous leurs échanges (ou presque) ont lieu sur un plan onirique.

L’univers mis en place sort vraiment de l’ordinaire dans cette urban fantasy de très  bonne qualité. Pas de round d’observation, ça commence sur les chapeaux de roues et les idées formidables foisonnent. Si la résolution de l’enquête n’est pas vraiment surprenante dans le fond, elle l’est dans la forme. 

Moralité :  l’une des sagas d’urban fantasy les plus originale, rythmée, et drôle qu’il m’a été donné de lire jusqu’à présent. Darynda Jones a su créer un univers totalement inédit et très surprenant qu’elle maitrise de main de fer (et de velours). Son univers fantastique prend sa source dans les mythes occidentaux de la Faucheuse, représentation de la mort qui vient vous chercher lorsque votre heure a sonnée.

 

Publicités

5 Commentaires

  1. Gabyelle

    Je me marre toute seule devant l’écran !! J’ai enfin trouvé quelqu’un qui pensait que la confrérie de la dague noire était cucul la praline. Yes !!!
    Pour Charley, il est dans ma pal. Je vais le remonter de quelques crans suite à ton avis !

  2. froggy80

    J’ai hâte de me le proccurer celui-ci ! Mais il n’est pas encore arrivé au Québec… dans le courant du mois apparemment … Mais avec un tel avis… on a juste le feu au derrière pour le lire plus vite !
    Bisouxx

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s