[Partenariat] « Le Confident » d’Hélène Gremillon

Editions Folio

Publié en 2012 ~ Langue : Française ~ 310 pages

Temps de lecture : Moins d’une journée

Note  Excellent 

Synopsis

Au milieu des mots de condoléances qu’elle reçoit à la mort de sa mère, Camille découvre une étrange lettre envoyée par un expéditeur inconnu. Elle croit à une erreur mais, les semaines suivantes, une nouvelle lettre arrive, tissant le roman de deux amours impossibles, de quatre destins brisés. Peu à peu, Camille comprend que cette correspondance recèle un terrible secret qui la concerne. Machination diabolique sur fond de Seconde Guerre mondiale, ce roman mêle récit historique et suspens psychologique dans un scénario implacable.

******************************************************************

Mille remerciements à Folio et à Livraddict de m’avoir offert l’opportunité de lire ce roman qui me faisait très envie depuis sa sortie. 

J’ai bien cru, en lisant les cent premières pages un peu poussives, ne pas aimer ce roman dont pourtant j’avais entendu dire le plus grand bien. Mais, heureusement, je me trompais. La deuxième partie est véritablement passionnante et le roman impossible à fermer

Moins d’une journée m’aura été nécessaire pour l’achever. Il faut dire que la lecture en est plaisante grâce au style d’Hélène Gremillon : clair, sensuel et efficace.

Mais ce qui est le plus impressionnant dans ce roman reste sa construction éblouissante. Le Confident est un roman changeant qui se métamorphose à l’envi et brouille les convictions du lecteur à chaque fois qu’intervient un nouveau narrateur. La narration y est concentrique, spiralée comme une coquille d’escargot, les premiers chapitres tombent comme des quilles sous les coups de boutoir des derniers.

Les choses se dévoilent petit à petit. Le lecteur pris dans les rets du récit ne peut que lire encore et encore, tourner les pages à toute vitesse pour en apprendre toujours plus sur cette drôle d’histoire où le suspense existe jusqu’au bout

De même, notre perception des personnages est fluctuante et le roman propose un espace-temps singulier et protéiforme, entre le passé et une sorte de présent narratif qui lui confère une atmosphère très particulière comme lorsque des plaques telluriques se touchent et provoque un séisme qui fait remonter les vérités les plus cruelles à la surface. 

Tout vole sans cesse en éclats dans ce roman qui joue la carte d’un réalisme lancinant, tout y est sans cesse remis en question, les certitudes du lecteur explosent constamment en vol. Si bien que j’ai eu l’impression de lire plusieurs livres en un seul tant l’histoire se réécrit sans cesse à l’image de ce monde en mutation pris dans l’imminence d’une guerre perdue d’avance et menacé par l’Allemagne nazie. Le Confident, de par sa construction-palimpseste, devient alors comme un reflet du monde convulsé, prisonnier des bouleversements de l’Histoire qui l’entoure.

Une reconstitution historique d’ailleurs très soignée et vivantela guerre 39-40 devient un personnage à part entière, selon qu’elle éclatera ou pas, on sent que cela fera basculer les enjeux du roman, influencera les décisions des protagonistes et précipitera plus vite le drame vers son dénouement. C’est aussi un très bel écho d’une époque culturelle et sociale. Au détour d’un chapitre nous croisons Giacometti et Guitry, pénétrons dans la bourgeoisie parisienne et dans le quotidien plus modeste des provinciaux au lendemain de la création du Front populaire et des premiers congés payés.

L’auteur nous fait vivre son intrigue par différents procédés épistolaires, les lettres de Louis, des confessions écrites, et les scènes que Camille nous relate, qu’on ne voit pratiquement jamais en temps réel. Comme si le présent n’existait pas vraiment et que seule la grossesse de camille était un point d’ancrage pour un hypothétique avenir.

J’ai eu du mal avec ce personnage de « témoin » qu’est Camille que j’ai trouvé d’emblée antipathique. Mais à bien y réfléchir, à l’exception du personnage de Louis, aucun personnage du roman ne parvient à se rendre sympathique au lecteur. Trop en quête de rédemption, trop englués dans leur égoïsme, les personnages du roman deviennent peu à peu des êtres méprisables. 

Un premier roman maitrisé de bout en bout. Et si Le Confident démarre lentement, il devient véritablement passionnant et presque suffocant dans sa deuxième moitié lorsque le lecteur s’achemine douloureusement vers une terrible vérité. 

Je recommande vivement la découverte de ce roman historique et psychologique puissant.

Publicités

3 Commentaires

  1. froggy80

    Ça semble être un roman poignant et rempli d’amour et de déchirement… Il a l’air très bien… Mais j’ai l’impression que je pleurerais tout le long de ce roman lllolloll
    Merci pour ce partage xox

  2. Pingback: « La garçonnière » d’Hélène Grémillon [Partenariat PriceMinister-Rakuten 2013] | Reveline

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s