[Challenge ABC 2012, Littératures de l’imaginaire, Lettre U] « Une Aventure d’Alexia Tarabotti, 2, Sans forme » de Gail Carriger

Editions Orbit

Publié en 2011 ~ Langue : Française ~ 319 pages

Temps de lecture : 1 jour et demi 

Plaisir de lecture  Excellent 

Synopsis 

Miss Alexia Tarabotti est devenue Lady Alexia Woolsey. Un jour qu’elle se réveille de sa sieste, s’attendant à trouver son époux gentiment endormi à ses côtés comme tout loup-garou qui se respecte, elle le découvre hurlant à s’en faire exploser les poumons. Puis il disparaît sans explication… laissant Alexia seule, aux prises avec un régiment de soldats non-humains, une pléthore de fantômes exorcisés, et une reine Victoria qui n’est point amusée du tout. Mais Alexia est toujours armée de sa fidèle ombrelle et des dernières tendances de la mode, sans oublier un arsenal de civilités cinglantes. Et même quand ses investigations pour retrouver son incontrôlable mari la conduisent en Écosse, le repère des gilets les plus laids du monde, elle est prête !

******************************************************************

J’avais fortement apprécié « Sans âme » le premier tome de la saga, tombant sous le charme de l’univers surnaturel mis en place de manière talentueuse par Gail Carriger, des personnages, Alexia, Connall et Lord Akelmada en tête, et de l’humour prèsent tout au long du récit. Cependant, j’avais émis quelques réserves quant à l’intrigue globale que je trouvais par trop prévisible.

Bonne nouvelle :  ce second tome est encore meilleur que le premier ! 

Prévisible, ce deuxième volet l’est beaucoup moins (à quelques exceptions près). «Sans forme » est beaucoup plus drôle (ah ! le voyage en dirigeable ! Un grand moment !) et rythmé que le premier tome.

Il possède également une intrigue plus recherchée qui réussit à conserver son mystère et son suspense presque jusqu’à la fin et qui m’a fait passer un très bon moment de lecture qui fait songer, de par son ambiance, à Sherlock Holmes ou aux romans feuilletons français du 19ième tels Rouletabille de Gaston Leroux ou bien encore aux nouvelles fantastiques de Théophile Gautier. Cela donne un délicieux charme suranné aux aventures trépidantes d’Alexia et de sa clique d’hurlurberlus.

Alexia, parlons-en, elle est toujours aussi inénarrable et piquante. Sa relation tumultueuse avec Lord Maccon ne s’étiole pas avec le mariage (ce que je craignais un peu). Leurs échanges verbaux sont toujours aussi hilarants et coquins.  Les dialogues qui surviennent entre tous ces personnages assez délirants m’ont fait beaucoup rire.

Ivy prend de l’importance dans l’histoire (de même que ses horribles chapeaux) et son béguin interdit pour un des porte-clefs de Lord Maccon est un des ressorts comiques les plus efficaces de cette suite. J’ai adoré cette sous-intrigue sentimentale. Lord Akelmada est toujours l’un des personnages que je chéris le plus avec Alexia et Ivy. Et un nouveau personnage : Mme Dufoux, la modiste française (et bien plus encore mais chut !) avec ses allures de garçonne libérée apporte une touche de soufre supplémentaire à l’ensemble (qui déjà n’en manque pas à la base) et m’a beaucoup plu également. J’espère la retrouver à l’avenir.

Nous avons de plus le plaisir d’en découvrir davantage sur le passé de Connall et notamment sur son ancienne meute.

L’écriture est toujours aussi soignée de la part de Gail Carriger et cette dernière maitrise à la perfection son univers paraustenien.

Je m’attendais un peu à la fin mais je n’avais pas anticipé tous les évenements et j’avoue qu’elle me donne envie de lire très vite le tome 3.

Un must de la littérature parausteniene actuelle.

Bref, un excellent moment de lecture et de détente.

Publicités

4 Commentaires

  1. froggy80

    Belle chronique ! J’ai vraiment hâte de débuter cette saga … Les couvertures sont magnifiques et je dois avouer que cette époque j’adore dans les films et livres… Ca donne un cachet !!!

  2. Acr0

    Ah pour ma part, j’ai trouvé l’intrigue moins enthousiasmante, surtout qu’il ne se passe pas grand chose avant le dernier quart du livre. Par contre, Carriger s’en donne à cœur joie pour ses personnages, j’approuve.

    • ladelyrante

      Ah, oui ? Il faut dire que j’avais deviné les rebondissements et la fin du premier tome à peine au milieu de ma lecture (frustration extrême) c’est sans doute pour cela que j’ai eu l’impression ici d’une intrigue mieux ficelée, même s’il est vrai qu’elle passe très vite au second plan…

      J’ai hâte de lire le troisième. L’as-tu déjà lu ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s