[LC] « Delirium, 2, Pandemonium » de Lauren Oliver

Editions Hachette (Black Moon)

Publié en 2012 ~ Langue : Française ~ 375 pages

Temps de lecture : 2 jours

Plaisir de lecture  Sans plus 

Synopsis 

Lena vit dans un monde où le gouvernement impose aux jeunes de 18 ans une opération pour les immuniser contre l’amour. A la veille de son opération, Lena découvre ce sentiment interdit avec Alex et ensemble ils décident de s’enfuir. Mais seule Lena y parvient. Après s’être échappée de Portland dans le Maine, Lena rejoint une communauté d’Invalides – les résistants au système – réfugiée dans la Nature. Là-bas, elle se transforme en guerrière de la résistance. Un futur sans Alex semble d’abord inimaginable, mais Lena va de l’avant. Elle combat pour lui et pour un monde où l’amour ne serait plus considéré comme une maladie. Entraînée dans un mélange explosif de révolution et de contre-insurrection, Lena doit lutter pour survivre et croire encore que l’amour est possible, et plus encore : souhaitable…

******************************************************************

 ATTENTION GROS SPOILERS SUR LE TOME 1

Ah ! que je suis déçue par ce second tome ! Pas loin d’être affligée même. Sans avoir été un coup de cœur, le premier tome de Delirium m’avait tout de même fait passer un bon moment et j’attendais la suite, sinon avec impatience, du moins avec intérêt. Mais voilà, ce deuxième tome est pour moi un ratage, un coup d’épée dans l’eau, un foutage de trogne. 

Oui, je vous le demande : que faire lorsque dès le début d’un roman, vous devinez pratiquement ce qui va s’y passer de A à Z ? Même la fin, censée être une surprise renversante pour les lecteurs, m’a fait l’effet d’un énorme pétard mouillé puisque dès le départ, je SAVAIS que cela allait se passer ainsi !

Commençons par évoquer ce qui va avant de passer aux choses négatives :  Pandemonium contient plus d’action et plus de rythme ainsi que moins de longueurs que son prédécesseur. Hélas, cela se fait au détriment de l’émotion. Les scènes qui pourraient être très touchantes ou émouvantes (il y en a) sont trop survolées voire bâclées pour que le lecteur parvienne à s’impliquer émotionnellement. Le gros point positif pour moi, c’est que Lauren Oliver nous fait passer de l’autre côté du grillage électrifié, en nous faisant pénétrer dans le monde des rebelles. Ce qui nous permet de découvrir l’univers dystopique du point de vue des invalides.

Dans le tome 1, la petite boule au ventre n’était pas loin lorsque je lisais une scène où Lena était en mauvaise posture, j’avais peur pour elle et pour ses ami(e)s. Ici, rien de tout cela ! Je n’ai pas eu le ventre noué une seule seconde ou douté que Lena s’en sortirait  tant on avance sur des sentiers maintes fois arpentés dans ce second tome. Je n’ai pas été surprise une seule fois par l’auteure. Ni même sourciller lors des rares révélations ou rebondissements que comportent l’intrigue puisque j’ai tout vu venir à des kilomètres

En ce qui concerne la trame générale, j’ai trouvé qu’il y avait peu de continuité et de  cohérence entre les deux tomes. J’avais presque l’impression de lire une autre histoire, impression renforcée par la narration binaire (avant/maintenant) adoptée par Lauren Oliver, très différente de la méthode narrative employée dans le tome précédent. Mais surtout ce qui m’a le plus dérouté c’est la manière dont Lena a changé en l’espace de six mois (et de deux tomes) certes, elle a connu des épreuves et a grandi, mûri, s’est endurcie, ce n’est plus l’adolescente naïve du début et c’est très bien mais je trouve que cette évolution s’est opérée bien vite (trop vite ?) pour être totalement crédible et de fait parfois je ne reconnaissais plus le personnage. A certains moments, je croyais presque voir évoluer Lara Croft voire même Katniss dans Hunger Games, couteau entre les dents, luttant pour sa survie. Et dans ces moments-là on est tellement loin de la Lena du premier tome que c’est perturbant. Une autre chose m’a fait lever haut les sourcils, c’est le comportement inconstant et mesquin de Lena envers Alex (qui est mort en se sacrifiant pour elle afin qu’elle s’échappe et gagne la nature). Pouf, elle le pleure dans les premiers chapitres et six mois plus tard elle retombe follement amoureuse d’un autre garçon qu’elle ne connait que depuis quelques jours en zappant presque Alex de ses pensées ! D’ailleurs, j’ai trouvé son rapprochement avec Julian maladroit et peu crédible, (ils se détestent et deux jours après sont près à mourir l’un pour l’autre ? Mouais… j’y aurai cru davantage si les sentiments de Lena avait commencé à s’éveiller vers la toute fin du roman ou alors s’il était tombée follement amoureuse de lui dans le troisième tome …) d’autant que le triangle amoureux qui se profile à l’horizon m’agace déjà. Pourquoi les auteur(e)s d’aujourd’hui incluent-ils systématiquement un triangle amoureux dans tous les romans jeunesse ou bit-lit ? C’est insupportable. 

Côté personnages, Alex et Hana manquent beaucoup. Julian, le nouvel amour de ma vie que je pourrai mourir pour toi et comment t’es trop beau quand tu te douches dans les égouts et que d’abord personne pourra nous séparer, et qu’on restera ensemble à jamais je le jure sur les étoiles (j’exagère à peine, le dialogue entre Elena & Julian dans les dernières pages est juste à mourir de rire) de Lena est assez fadasse (en tout cas, même s’il sait se révéler parfois touchant, il est moins charismatique qu’Alex).

En revanche, j’ai apprécié découvrir de nouveaux intervenants dans l’intrigue, notamment des rebelles intéressants voire attachants comme Raven, Sarah, Tack et les invalides des tunnels. Lena, je l’ai dit a beaucoup changé et passe de main en main tel un objet sans toujours être maitresse de son destin puisqu’elle est otage ou prisonnière une bonne partie du livre. 

Le style de Lauren Oliver reste agréable car fluide mais je l’ai trouvé beaucoup moins poétique que dans Delirium. Point de fulgurances ici, on a affaire à une écriture plus factuelle et pragmatique

En conclusion : une suite convenue et terriblement prévisible, à l’intrigue simpliste et balisée. Au final, malgré ses carences, le premier tome etait indéniablement meilleur. 

Ce billet est très sévère, oui, je sais, mais j’attendais tellement de cette suite que ma déception est à la hauteur de mes attentes ! 

Publicités

5 Commentaires

  1. Flo-Tousleslivres

    Je suis tout à fait de ton avis, c’est presque une autre histoire ici !!! Je trouve que l’idée principale du départ est moins en avant dans de T2 et que l’auteur se dirige plus vers l’action et que l’idée de départ qui est l’amour interdit est en seconde place… et puis cette idée d’avant/après m’a complètement gâchée ma lecture, je me suis perdue par moment et j’ai même eu envie de lire tout « avant » puis lire tout « après »… je suis déçue que m’ait perturbé ma lecture… Par contre la fin est génial.. tout comme la fin du T1, elle donne forcément envie de lire la suite, mais je ne sais pas si je le ferai…

    • ladelyrante

      Je t’accueille volontiers dans mon cercle des déçues. Pour ma part, je laisserai une dernière chance à Lauren Oliver (auteure qui me déçoit de plus en plus) et lirai le tome 3 mais si c’est encore aussi décevant, je laisserai tomber…

      Bises Ho 🙂

  2. Arcaalea

    Tu m’as beaucoup fais rire avec ta chronique :p Moi j’ai adoré mais j’adhère tout à fait au fait qu’on puisse ne pas aimer et être déçu car il est clairement très différent du premier et pas mal de choses sont prévisibles, en effet.
    Mais voilà, j’adore le style de Lauren Oliver et elle m’a touché, encore une fois.
    Et même si la scène de fin était prévisible depuis la fin du tome 1 : J’adhère !
    Bisous ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s