[Partenariat] [Masse critique Babelio] « Les Cendres froides » de Valentin Musso

Editions Points (Thriller)

Publié en 2012 ~ Langue : Française ~ 343 pages

Temps de lecture : 3 heures

Plaisir de lecture : Très bon mais …

Synopsis

Le drame, quand on commence à creuser le passé, c’est qu’il faut aller jusqu’au bout. 1999. A la mort de son grand-père, Aurélien Cochet découvre que celui-ci aurait travaillé durant la guerre dans un lebensborn, une maternité nazie accueillant des jeunes femmes enceintes de membres de la SS. Au même moment, dans un petit village de la Marne, une octogénaire sans histoire est retrouvée assassinée à la suite d’un cambriolage. Les gendarmes soupçonnent très vite une mise en scène, mais ils sont loin de se douter que cette retraitée est la victime indirecte, plus de cinquante ans après la fin de la guerre, de l’entreprise eugéniste nazie. Aidé par une jeune universitaire, Aurélien Cochet va tenter de lever le voile sur le passé de sa propre famille. Cambriolage, menaces, agression … Rien ne l’empêchera de plonger au coeur d’un des programmes les plus mystérieux et les plus terrifiants du IIIe Reich. Quitte à mettre ceux qu’il aime en danger …

******************************************************************

Tout d’abord, je remercie Les Editions Points pour l’envoi de ce roman (et le petit mot personnalisé fort sympathique du service presse :-)) et bien sûr le merveilleux site Babelio qui rend tout cela possible grâce à sa Masse critique, opportunité magnifique de découvrir de nouveaux univers littéraires en même temps que de nouveaux auteurs à l’image de Valentin Musso, dont j’avais beaucoup entendu parler (en d’excellents termes) mais que je n’avais pas encore lu.

Les cendres froides, second roman de l’auteur, est un thriller que je qualifierais d’historique et d’introspectif. D’abord de par son contexte historique visiblement très documenté qui se révèle vite passionnant. Grâce à Valentin Musso, j’ai appris beaucoup de choses sur la période de l’occupation allemande en France et notamment l’existence de ces maternités nazies effrayantes pratiquant un horrible tri génétique.  J’ai presque honte de l’avouer mais j’ai lu en un peu plus de 3h ce que l’auteur a du mettre des mois à mettre sur pied et à écrire (les détails abondants témoigne d’un travail fouillé et appliqué).

Ce que j’ai beaucoup aimé dans ce roman est le fait que les destins individuels des protagonistes se croisent, s’effleurent, jusqu’à, pour certains, se réunir à la fin de l’histoire. Nous découvrons petit à petit les ramifications entre ces destins au fur et à mesure de la progression de l’intrigue : les petites histoires de chacun se mêlent astucieusement à la grande Histoire européene et française tout en dressant le portrait d’hommes et de femmes pris dans la tourmente de la seconde guerre mondiale. Des personnages émouvants, courageux ou terribles existant à diverses époques et dans plusieurs pays.

Entre passé et présent, secret de famille, meurtre et enquête, Valentin Musso nous offre une intrigue à tiroirs, aux rebondissements progressifs savamment orchestrés. Certes, on pourra déplorer un manque de suspense, ici on n’est pas dans un thriller à l’américaine avec meurtres en série, traque du psychopathe, coups de feu dans tous les sens et cliffhangers en fin de chaque chapitre (même s’il y en a quelques-uns vers la fin). Ce n’est pas un page-turner (même si cela se lit très agréablement et assez vite). Là n’est pas le propos de ce thriller intimiste et très introspectif où les failles des personnages vont jusqu’à nourrir l’intrigue. Ce n’est pas d’un ébouriffant et intenable suspense mais c’est tout de même très prenant à lire.

Nous collons aux basques d’Aurélien, un héros fouillé, solide et attachant parti sur les traces d’un passé familial douloureux. Dans le même temps, le grand ressac de l’histoire nous porte de l’un a l’autre des personnages secondaires des années 40 à nos jours : Rachel, Heloise, Élie, le duo d’inspecteur, les voisins de la victime …

J’ai été très agréablement surprise par la qualité et la richesse du style ainsi que par le vocabulaire très recherché de Valentin Musso, oui, je l’avoue, j’avais des à-prioris au vu de son nom (c’est pas bien je sais, ouh, la vilaine) et du fait que je trouve le style de son frère, Guillaume Musso, plus plat, (du moins en ce qui concerne le seul livre que j’ai lu de lui). D’ailleurs, loin de moi l’idée d’occasionner des tensions fraternelles lors du prochain déjeuner dominical , mais j’ai préféré (et de beaucoup) l’écriture de Valentin à celle de son grand frère .  

Un style plus que correct donc, sans être pour autant hautain ou professoral, même si j’ai dû chercher parfois la définition de certains mots dans le dictionnaire  (on sent un peu l’agrégé de lettres dans cette recherche du joli mot rare mais ce n’est pas désagréable d’apprendre des mots nouveaux :-)).

Valentin Musso bâtit solidement son histoire, lui apporte un luxe de détails et d’anecdotes sur la deuxième guerre mondiale et la politique eugéniste des nazis, donne naissance à des personnages intéressants et pudiques, et instaure un climat réussi qui installe un vrai sentiment de malaise chez le lecteur.

Au final, nous avons un roman effrayant de vraisemblance qui se double d’un puzzle passionnant à voir se reconstituer sous nos yeux. Tout cela offre un thriller historique qui réfute l’esbrouffe et le sensationnel pour se concentrer sur les histoires narrées et la psychologie de ses nombreux personnages. En somme, un thriller intelligent qui en contrepartie (on ne peut pas tout avoir non plus) manque dans une certaine mesure de suspense et de surprises.

Je lirai avec plaisir le premier roman de l’auteur : La Ronde des innocents.

Publicités

Un commentaire

  1. Pingback: [Challenge de Calypso, session « sans » ] « Sans faille » de Valentin Musso | Reveline

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s