[Book club Livraddict du 23 mai] « L’héritage, 1, Eragon » de Christopher Paolini

Editions Bayard (Poche)

Publié en 2007 ~ Langue : Française ~ 679 pages

Temps de lecture : 3 jours

Plaisir de lecture :  Bon mais …

Synopsis

Un garçon…
Un dragon…
Une épopée…

Voilà bien longtemps que le mal règne dans l’Empire de l’Alagaësia… Et puis, un jour, le jeune Eragon découvre au cœur de la forêt une magnifique pierre bleue, étrangement lisse. Fasciné et effrayé, il l’emporte à Carvahall, le village où il vit très simplement avec son oncle et son cousin. Il n’imagine pas alors qu’il s’agit d’une œuf, et qu’un dragon, porteur d’un héritage ancestral, aussi vieux que l’Empire lui-même, va en éclore… Très vite, la vie d’Eragon est bouleversée. Contraint de quitter les siens, il s’engage dans une quête qui le mènera aux confins de l’Alagaësia. Armé de son épée et guidé par les conseils de Brom, le vieux conteur, Eragon va devoir affronter, avec son jeune dragon, les terribles ennemis envoyés par le roi dont la malveillance démoniaque ne connaît aucune limite.
Eragon n’a que quinze ans, mais le destin de l’Empire est désormais entre ses mains ! 

******************************************************************

S’il me fallait résumer mon impression d’ensemble sur Eragon, je dirais que c’est de la fantasy trop propre sur elle et que l’auteur a peur de se salir les mains dans le sang de ses créations d’encre et de mots.

L’intrigue manque d’ambition et de nouveauté. J’ai eu plusieurs fois la sensation d’un recyclage, appliqué et studieux certes, des romans fantasy que C. Paolini a du dévorer dans sa jeunesse. Il y a notamment beaucoup de Tolkien mal digéré  : les sorciers, les elfes, les nains… Ca manque d’audace, de ventre, de sang et de larmes pour captiver le lecteur. C’est trop gentillet.

L’amitié unissant Eragon et Saphira, sa dragonne, n’est pas parvenue à me toucher. Déjà, la dragonne grandit trop vite pour le lecteur s’attache à suivre ses progrès, ensuite parce que le jeune garçon manque de complicité avec sa compagne à écailles. Saphira passe son temps à le charrier d’une manière sarcastique plus qu’amicale et Eragon l’éloigne de lui à tout bout de champs. On les voit assez peu intérargir sauf vers la fin, le reste du temps Saphira lui tient des discours philosophiques brumeux et ampoulés.

Les personnages secondaires sont bien plus intéressants mais la plupart meurent rapidement dans l’histoire ou bien sont sous-exploités comme Broom le conteur que j’ai beaucoup apprécié durant ma lecture.

Le contenu du roman est plein de poncifs. Lorsqu’on a lu un peu de fantasy comme moi, c’est flagrant.

De nombreux passages du livre m’ont semblés très ennuyeux. L’auteur décrivant les paysages traversés ou l’architecture des bâtiments sur 2 ou 3 pages parfois ! D’ailleurs, le rythme général est plutôt lent et une sensation de longueur s’installe assez vite.

En ce qui concerne le style, la jeunesse de l’auteur est prègnante à chaque paragraphe. On sent qu’il s’applique, qu’il veut bien faire mais l’expression reste maladroite. Néanmoins, cela se lit bien et vite.

A l’heure actuelle, je ne suis pas sûre de lire la suite. 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s