[Challenge ABC 2012, Littératures de l’imaginaire, Lettre S] [Combat d’auteurs] Round 3 : Brandon Sanderson vs David Gemmell – Du 1er au 15 mai 2012 « Fils-des-Brumes, tome 1 : L’Empire ultime » de Brandon Sanderson

Editions Le Livre de Poche (Orbit)

Publié en 2011 ~ Langue : Française ~ 906 pages

Temps de lecture : 4 jours

Plaisir de lecture  Excellent !

Synopsis

Les brumes règnent sur la nuit,

Le Seigneur Maître sur le monde.

La jeune Vin ne connait de l’Empire Ultime que les brumes de Luthadel, les pluies de cendre et le regard d’acier des Grands Inquisiteurs. Depuis plus de 1000 ans, le Seigneur Maître gouverne les hommes par la terreur. Seuls les nobles pratiquent l’allomancie, la précieuse magie des métaux.
Mais Vin n’est pas une adolescente comme les autres. Et le jour où sa route croise celle de Kelsier, le plus célèbre voleur de l’Empire, elle est entraînée dans un combat sans merci. Car Kelsier, revenu de l’enfer, nourrit un projet fou : renverser l’Empire.

******************************************************************

Le début de ma lecture fut marquée par le doute. J’avais entendu dire (et lu) tellement de bien de cette duologie que n’accrochant guère aux premiers chapitres,  je me suis dit : Aie ! Vais-je être l’une des rares à ne pas tomber sous le charme ?

Là où les conflits et autres discussions politiques ont échoués à retenir mon attention, l’univers fantasy follement savoureux et inédit de Brian Sanderson et de charismatiques et attachants personnages ont finalement triomphés !

Alors certes la toile de fond du roman est plutôt classique pour un roman fantasy mais elle est agencée avec grand talent.

Le rythme alternatif du roman, tour à tour très lent et digressif ou très enlevé, est un peu gênant.  Certains passages sont ennuyeux, d’autres captivants.

Le roman traite énormément de politique et des manoeuvres qui l’accompagnent (un peu trop à ma convenance).

Cela est magnifiquement compensé par les trouvailles géniales de B. Sanderson dont la magie de l’allomancie n’est pas des moindres et qui confère des pouvoirs surprenants à des heros fascinants, Vin et Keilster en tête. J’ai beaucoup aimé faire la connaissance de chacun des personnages du roman et d’avoir l’impression de faire partir de cette bande de voleurs courageux.

Si le début du tome est un peu long, le reste n’est qu’une formidable montée en puissance au fur à mesure que personnages et plans d’attaques se dévoilent jusqu’à une fin qui tient toutes ses promesses. Ni trop rapide, ni trop facile. L’auteur évite intelligemment le tout est bien qui finit bien avec une conclusion qui reste ouverte à l’incertitude et laisse de la place  aux doutes des survivants face à l’avenir du monde.

C’est pourquoi un tome 2 ne sera pas superflu pour en apprendre davantage sur l’univers, la menace qui rode et sur l’ascension au pouvoir du terrible Seigneur . Un tyran que l’auteur a l’astucieuse idée de nous présenter de manière parcellaire : on le découvre progressivement au travers des extraits d’un journal de bord écrit alors qu’il n’était qu’un simple forgeron parti en mission afin de sauver le monde. 

Une pincée d’initiation s’ajoute grâce au personnage de Vin, cette dernière étant en quelque sorte l’avatar d’encre qui permet au lecteur d’entrer dans le monde plein d’imagination de Sanderson. Un monde fantasy médiéval et magique peuplé de créatures angoissantes :  les brumes et les monstres qui s’y cachent, le Seigneur Maitre bien sûr, double Sandersonien de Dark Vador et ses terribles Inquisiteurs aux pouvoirs inhumains (entre autres).

Bref, malgré quelques longueurs éparsesL’Empire Ultime est un excellent roman de fantasy possèdant beaucoup de souffle, d’épisme et d’originalité. Je ne regrette pas de ne pas m’être laissé décourager par un début paresseux tant ce qui suit est d’une qualité rare. Une franche réussite dont j’ai hâte de lire la suite !

Publicités

4 Commentaires

  1. Pingback: Combat d’auteurs : Sanderson vs Gemmell : Les résultats ! « Chez Iluze
  2. Licorne

    Je viens de le finir et de le chroniquer moi aussi, je trouve que nous avons les mêmes réflexions, à part le fait que je ne n’ai pas trouvé de longueurs et que je suis tout de suite rentrée dans l’histoire. Il est vrai qu’il y a beaucoup de discussions politiques, mais je trouve que cela donne plus de force et de consistance au déploiement de la rébellion. Une très belle lecture que je vais enchainer avec le tome 2 dans peu de temps.

  3. Pingback: [Challenge ABC 2012, Littératures de l’imaginaire] « ladelyrante

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s