[LC] + [Challenge ABC 2012, Littératures de l’imaginaire, Lettre I] « Vivants » d’Isaac Marion

Editions Bragelonne

Publié en 2011 ~ Langue : Française ~ 318 pages
Traduit par Benoît Domis

Temps de lecture : 3 jours 

Plaisir de lecture  Très bon mais …

Synopsis

Le monde est dévasté par une étrange épidémie. Les Morts se relèvent, les Vivants se cloîtrent à l’intérieur de forteresses. Une guerre sans merci les opposent.
R est un Mort. Comme tous les Morts, R n’a pas de souvenirs, pas d’émotions, et, animé par une faim irrépressible, dévore les Vivants. Mais R rencontre Julie. R l’emmène avec lui. Et bafoue les règles des Vivants et des Morts pour rester avec elle. Mais leur monde ne les laissera pas faire.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Vivants est une sorte de Roméo & Juliette version zombies ou plus proche de notre époque, une sorte de Twilight où les vampires seraient des zombies mangeurs de cerveaux n’ayant conservés que des bribes d’humanité. Sauf que dans Twilight, Edward ne se décompose pas (beurk) et ne sens pas la charogne comme R. (re-beurk). Y’à pas à dire les vampires c’est quand même plus facile à présenter à ses parents qu’un zombie, plus glamour aussi.

Mais voilà R est un zombie super attachant ! Et le roman plus profond qu’il n’y parait. Ce livre est même un hymne à la vie, une ode à l’espoir, dispensé par des zombies ! Bien que l’atmosphère soit tout de même très glauque, l’histoire est aussi drôle , touchante et parfois poétique. L’intrigue transcende son aspect horrifique et sanglant pour nous offrir une jolie histoire d’amour et d’amitié. Et bien que l’histoire soit invraisemblable (c’est le moins qu’on en puisse dire) et pleine d’incohérences, elle atteint son but : nous toucher et nous tenir en haleine.

La grande originalité (et l’idée de génie de l’auteur) est de nous introduire dans la tête et le quotidien d’un zombie, ce qui n’avait jamais été fait avant si je ne dis pas de bêtises. R. est donc un zombie, au premier stade de la décomposition, et il n’en est pas peu fier !, encore assez conscient de lui-même et de ce qui l’entoure pour nous narrer son histoire en utilisant le « je » et nous servir de guide dans le monde réglementé et hiérarchisée des morts-vivants.

La deuxième bonne idée est qu’en mangeant le cerveau de leur victime (oui, je sais, BEURK), les zombies peuvent accéder à leurs rêves secrets, souvenirs et émotions passées l’espace d’un instant. Ceci aura une importance capitale dans l’histoire du roman.

Drôle de livre et drôle de roman donc qui balance sans cesse entre roman d’horreur et romance en un équilibre périlleux dont l’auteur joue plutôt bien.

Mais quel dommage qu’il cède à la facilité dans les derniers chapitres ! La fin m’a pour le coup laissée sur ma faim. Pourquoi ce « happy end » incongru ? Et surtout pourquoi toutes ces questions laissées sans réponses satisfaisantes ? Au final, on ne saura rien du pourquoi du comment et cela m’a agacée de me retrouver au même point qu’au tout début du roman. D’où vient le virus ? Une réponse pseudo-philosophique nous est jetée maladroitement comme un os à ronger et c’est tout ! Ce manque de réponses a même conduit au fait que je n’ai pas compris tout ce qui se passe vraiment à la fin du roman…

Bref, ce roman est pas mal mais aurait pu être beaucoup mieux s’il ne faisait pas tant de rétention d’informations et s’il ne versait pas dans la facilité à la fin.

Publicités

4 Commentaires

  1. Pingback: [Challenge ABC 2012, Littératures de l’imaginaire] « ladelyrante
  2. livromaniac

    Contrairement à toi j’ai bien aimé la fin. Oui c’est sûr qu’elle est facile mais j’aurais été déçue que ça se termine mal pour R et Julie.

  3. Arcaalea

    C’est vrai qu’on n’a pas beaucoup de réponses à nos questions mais je ne pense pas que l’auteur ait écrit cette histoire pour cela. C’est simplement un questionnement sur notre humanité, sur notre but, sur notre vie. Je ne peux pas le comparé avec Twilight parce que… Non c’est pas possible :p
    J’ai adoré, sans que ce soit un coup de coeur mais vraiment, j’en suis ressortie différente et c’est bien la première fois que j’aime lire de la philosophie 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s