[Partenariat] « Les dames de Grâce Adieu » de Susanna Clarke

Editions Robert Laffont

Publié en 2012 ~ Langue : Française ~ 283 pages
Traduit par Isabelle-D Philippe

Temps de lecture : 2 jours

Plaisir de lecture  

Synopsis 

Ne vous laissez pas prendre au charme paisible de la campagne anglaise. Un pont ancien ou une trouée dans un bosquet peuvent être autant de passages pour l’Autre Pays, ou vivent les fées. De nombreux mortels s’y sont égarés, parfois sans espoir de retour. À cheval entre notre monde et l’Autre Pays vivent les magiciens. Et les magiciennes. Malicieuses, cachottières et impertinentes sous leur apparente modestie, elles s’opposent à la magie masculine qui, comme celle de Jonathan Strange & Mr Norrell, combine l’arrogance à la violence. Elles créent sous la surface du réel des ondes d’émotions, troublent délicatement l’ordre des choses, modifient imperceptiblement le sens commun.
Les dames de Grâce Adieu sont trois. Pour protéger leur relative liberté, elles explorent avec délices les maléfices interdits. Leur consoeur, dans un autre lieu et un autre temps, use de toute sa ruse pour se débarrasser des soupçons d’un mari malcommode. Et quand le duc de Wellington entre dans l’Autre Pays pour récupérer son cheval, est-ce à une fée ou à une magicienne qu’il doit se confronter ? Les ruses de la gardienne de Marie Stuart, prisonnière sur ordre d’Élisabeth Ière, sont-elles réellement celles d’une humaine ? Quant à Mrs Mabb, qui aime trop les beaux militaires, surtout s’ils sont fiancés à une autre, elle se heurtera à la joyeuse, et très efficace, cruauté de sa rivale.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Attention, coup de cœur ! Ces nouvelles sont envoûtantes !

J’ai adoré ces Dames de Grâce Adieu (nom d’un petit village anglais) qui nous emmènent dans un univers délicieusement britannique et furieusement Austenien, tant au niveau de l’écriture (impeccable) de Susanna Clarke, que des thèmes et motifs évoqués. Cela se ressent jusque dans les prénoms des héroïnes des nouvelles du recueil dont une d’entre elles ressemble à un pastiche Des cinq filles de Mrs. Bennett plus connu sous le titre Orgueil & Préjugés ! Délicieux, vraiment ! Et c’est loin d’être le seul clin d’œil mais je vous laisse le plaisir de les débusquer par vous-même, c’est un jeu de piste passionnant ! La prise de contact peut être perçue comme difficile, en effet, Susanna Clarke possède un style aussi excellent qu’il est exigeant. Il ne faut pas se laisser rebuter par les premières pages qui pourront sembler hermétiques, à celles et ceux qui comme moi n’ont jamais lu le très célèbre et réputé roman de Susanna Clarke : Jonathan Strange & Mr Norrell (que désormais j’ai follement envie de lire, je vous le confesse !). Chacune de ces nouvelles offre son lot de magie, de poésie et de fantastique. Sans oublier l’humour subtil et parfois féroce de l’auteure qui nimbe l’ensemble de son halo d’ironie. L’auteure joue avec l’histoire avec un grand H sans vergogne afin de servir au mieux ses récits et laisse lire entre les lignes une subtile évocation de la guerre des sexes et d’un féminisme balbutiant, qui s’exprime dans la revendication de ces femmes victoriennes à être elles aussi des magiciennes reconnues. Susanna Clarke nous évite aussi des fins assommantes où l’intrigue se conclut par une explication de texte barbante. La fin de ces nouvelles est souvent éludée au profit de quelques lignes nous résumant la chute ou ce qui va se passer pour les personnages après le point final ou quelques années plus tard. Des fins en pointillés donc qui peuvent laisser perplexes mais qui m’ont semblé une manière très originale et astucieuse de conclure chaque histoire. Techniques narratives s’enchainent : conte de fées revisités, récit épistolaire, nouvelle-écho (à Neil Gaiman et son Stardust)… de même que les sources qu’utilisent Susanna Clarke mais si les sources divergent, le plaisir, lui, reste intact à chaque page ! Le tout est encore davantage embelli par de superbes illustrations au fusain ou à l’encre noire qui, joint à la qualité de la traduction (la deuxième nouvelle est même traduite dans un simili d’ancien français surprenant) et du grain appréciable du papier, font de cette édition, une très belle édition. Alors qu’attendez-vous pour vous laisser prendre au charme divin des ces nouvelles à la fois fantastiques et poétiques ?

Tous mes sincères et enthousiastes remerciements vont à Livraddict et aux éditions Robert Laffont pour m’avoir accordé ce partenariat jubilatoire.

Publicités

11 Commentaires

  1. Acr0

    Haaaaan, je bave dessus !
    A l’inverse de toi, j’ai lu Jonathan Strange & Mr Norrell, je rêve donc de découvrir ce livre-ci !

  2. Marc

    Très belle critique! Bravo 😉
    Moi aussi, j’ai adoré les dames de Grâce Adieu et j’avais autant apprécié Jonathan Strange & Mr Norrell que je te conseille très sincèrement.

  3. Mypianocanta

    J’ai lu deux nouvelles pour l’instant et je dois dire que je suis très loin de ton enthousiasme. Je trouve cela plutôt brouillon, pas fini et manquant de construction.
    Mais je vais persister …

  4. Virginiie

    Je suis dans le même cas que toi Mypianocanta. Aucun enthousiasme du tout à la lecture des contes que je trouve brouillons et hermétiques. Pourtant j’admire Jane Austen et son célèbre Orgueil et Préjugés mais là, j’ai vraiment beaucoup de mal et ça m’frustre de me dire que je passe peut-être à côté de quelque chose de bien. Je vais reprendre aussi depuis le début et si je n’édhère vraiment pas, bon au moins j’aurai essayé. Je crains ma chronique pour le coup puisque c’est un partenariat aussi.

    • ladelyrante

      Je suis bien embêtée pour toi Virginie. Cette lecture m’a semblé si limpide de mon côté et cet hermétisme dont tu parles m’a semblé être davantage une exigence de qualité culturelle qu’autre chose de la part de l’auteure. Quant à ce sentiment de textes « brouillons » je pense qu’il est intrinsèque au format de la nouvelle. J’ai adoré avoir des fins de nouvelles volontairement floues et ouvertes. Je viens de prêter le livre à une amie qui l’a lu en deux jours et l’a adoré autant que moi. Je crois que c’est un livre qu’on aime ou pas et cela ne s’explique pas, c’est comme ça ! 😉

  5. Pingback: CLARKE Susanna – Les dames de Grâce Adieu | Livrement

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s