[Challenge ABC 2012 – Littératures de l’imaginaire – Lettre Q] « Etrangère » de Didier Quesne


Editions Nestiveqnen (Fractales/Fantasy)

Publié en 2001 ~ Langue : Française ~ 336 pages

Temps de lecture : 3 jours

Plaisir de lecture :  Bon mais…

Synopsis

Lirelle aurait pu rester « simplette » toute sa vie et continuer à garder ses chèvres, tout en ne comprenant rien au monde qui l’entoure. Mais un soir de printemps, elle va vivre le phénomène le plus exceptionnel de sa morne vie : Mèn-Gi, un haut mage venu d’un autre univers, va l’entraîner bien malgré lui dans son voyage « spatemporel » de retour, faisant d’elle une « perturbation ».

En se décorporalisant avec le Mèn, Lirelle va absorber ses nombreux pouvoirs et bénéficier de sa grande expérience dans de nombreux domaines et entre autres, dans le maniement du sabre. Mais, ce qui sera sans doute pour elle le plus bouleversant, c’est que pour la première fois de sa vie, sa conscience neuve va s’ouvrir sur un monde qui lui est complètement inconnu. Toutefois, la découverte de ses nouvelles capacités va devoir se faire rapidement, car le monde sur lequel Lirelle s’éveille est loin d’être aussi paisible que celui qu’elle vient de quitter…

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Mon avis est en demi-teinte.

J’ai eu du mal à rentrer dans le roman. L’atmosphère est assez sombre et glauque et le style de Didier Quesne parfois étrange. En revanche, j’ai beaucoup aimé l’univers médiéval mis en place et correctement travaillé par Didier Quesne. Un monde aussi fascinant que repoussant, aussi peuplé de violences que de grands concepts philosophiques. Le plus bel atout du roman sans aucun doute.

Après, il est vrai que certains éléments de l’intrigue m’ont mis un peu mal à l’aise. Le thème de l’homosexualité féminine y est par exemple traitée de manière assez dérangeante.

Je trouve Lirelle peu attachante, les seconds rôles le sont majoritairement bien davantage. Elle prend tout le monde de haut et règle tous ses problèmes par la menace ou la violence.

J’ai véritablement accroché vers le milieu du roman. J’ai même commencé à bien aimer à partir de ce moment-là car l’intrigue se densifie et devient très intéressante. En revanche, la fin est beaucoup trop rapide. L’auteur l’expédie assez vite, sans dénouer tous les fils de son histoire, certaines interrogations sont carrément laissées en plan. Et vu qu’apparemment c’est un one-shot, c’est vraiment très frustrant.

Bon roman fantasy/SF mais sans plus.

Publicités

Un commentaire

  1. Pingback: [Challenge ABC 2012, Littératures de l’imaginaire] « ladelyrante

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s