[Challenge ABC 2012 – Littératures de l’imaginaire – Lettre M] « La Mécanique du cœur » de Mathias Malzieu

Editions J’ai Lu

Publié en 2009 ~ Langue : Française ~ 155 pages

Temps de lecture : une journée

Plaisir de lecture  Très bon mais …

Synopsis

Edimbourg, 1874 : le jour le plus froid du monde. Lorsque Jack naît, son cœur gelé se brise immédiatement. La sage-femme le remplace par une horloge et le sauve.
Depuis lors, il doit prendre soin d’en remonter chaque matin le mécanisme. Mais gare aux passions ! Le regard de braise d’une petite chanteuse andalouse va mettre le cœur de Jack à rude épreuve…

Globalement, mon avis est positif sur ce roman de Mathias Malzieu. Bon, je vais quand même faire un peu ma chipoteuse, vous me connaissez, j’adore faire ma chipoteuse, moi.

Avec ses faux airs de conte russe et son ambiance à la Tim Burton (Edward aux mains d’argent) ou bien encore l’Etrange noël de Mr Jack, ce roman dégage un charme étrange et séduisant. Une seule chose m’a dérangé pendant ma lecture. L’écriture de Mathias Malzieu est très jolie et très agréable, cependant, la recherche perpétuelle du bon mot est le péché mignon de l’auteur, cette façon de chercher toujours à filer de belles métaphores poétiques et des images originales à chaque paragraphe rend parfois le style très artificiel et l’alourdit. D’autant que le mélange langage poétique/langage familier voire grossier n’est pas toujours heureux. Néanmois, le roman regorge aussi de très belles citations et de magnifiques envolées lyriques et picturales.

J’ai également trouvé qu’il y avait un petit trou d’air vers le milieu du livre. Le roman ronronne un peu et le lecteur décroche pendant quelques pages. Mais rien de bien grave en somme.

La fin du roman m’a mis des papillons, des étoiles, des flocons, tout ce que vous voudrez dans le ventre. Elle est très réussie et reste ouverte à l’interprétation de chaque lecteur qui, une fois le roman refermé, pourra s’inventer son propre dénouement, heureux ou non. Pour ma part, j’ai décidé que le mien serait joyeux, NA ! (J’aime pas les histoires qui finissent tristement, moi).

En résumé, dommage que le talentueux Mathias Malzieu veuille systématiquement écrire joli. Car pour le reste, l’histoire, à la fois originale, grave, burlesque et philosophique, vaut réellement le détour.

Un premier essai transformé en ce qui me concerne !

Challenge concerné :

Publicités

3 Commentaires

  1. Pingback: [Challenge ABC 2012, Littératures de l’imaginaire] « ladelyrante
  2. lskymc

    Je trouve ton commentaire très pertinent. Je l’ai lu jeune donc j’avais été tout à fait embarqué, j’avais adoré, des étoiles dans les yeux !
    Mais d’après mes souvenirs, je suis bien d’accord avec toi, même si ça m’avait énormément plu, et que, justement à l’époque j’adorais ces recherches de mots etc.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s